Essonne : la famille d'un jeune tué en fuyant la police porte plainte

  • A
  • A
Essonne : la famille d'un jeune tué en fuyant la police porte plainte
Le drame avait déclenché deux nuits d'affrontements entre habitants et policiers à Massy, dans le quartier du Grand Ensemble où habitait le jeune homme. (Illustration)@ AFP
Partagez sur :

La famille d'un adolescent de 17 ans, tué il y a une semaine dans un accident à Antony, a porté plainte contre X pour homicide involontaire, a annoncé vendredi son avocat.

La famille d'un adolescent de 17 ans, tué il y a une semaine dans un accident à Antony, dans les Hauts-de-Seine, alors qu'il fuyait la police au guidon d'un quad, a porté plainte contre X pour homicide involontaire, a annoncé vendredi son avocat.

Le jeune homme, qui circulait sans casque, avait percuté un bus à un carrefour au terme d'une course-poursuite avec la police entamée à Massy, dans l'Essonne, une ville limitrophe dont était originaire la victime. Hospitalisée dans un état grave, elle avait succombé à ses blessures. Les policiers de la Brigade anti-criminalité (BAC) ont expliqué avoir perdu de vue le fuyard avant d'assister, quelques centaines de mètres plus loin, à la collision mortelle.

La méthode du "pare-chocage" évoquée. Une version que conteste la famille dans sa plainte, que l'AFP a pu consulter. "Certains témoins présents dans la rue ou dans le bus affirment (...) que le véhicule de la BAC aurait touché ou percuté" le quad de l'adolescent "quelques secondes avant l'accident", écrivent les plaignants, via leur avocat Yassine Bouzrou (le "pare-chocage consiste à rentrer en voiture dans des personnes en fuite, ndlr). "En tout état de cause, (...) le véhicule de la BAC était toujours à la poursuite du jeune homme et roulait à vive allure juste derrière lui", ajoutent-ils. Si ces témoignages sont corroborés, "les policiers en question ont commis une faute", écrit Me Bouzrou.



La famille du jeune homme a par ailleurs lancé une cagnotte pour financer les frais d'avocats.



Réactions dans le quartier. Feux de poubelles, abribus et vitres cassées, jets de projectiles et d'un cocktail Molotov sur des CRS: le drame avait déclenché deux nuits d'affrontements entre habitants et policiers à Massy, dans le quartier du Grand Ensemble où habitait le jeune homme, et donné lieu à plusieurs interpellations.

Une enquête, ouverte par le parquet de Nanterre, est en cours pour préciser les circonstances de la mort de l'adolescent. Selon les "premières constatations", le conducteur était "dépourvu de casque" et circulait sur un engin aux "pneus lisses", avait indiqué la procureure Catherine Denis.