En tracteur, il parvient à semer les gendarmes sur 32 kilomètres

  • A
  • A
En tracteur, il parvient à semer les gendarmes sur 32 kilomètres
@ ARMIN WEIGEL / DPA / AFP
Partagez sur :

Une incroyable course-poursuite a occupé les gendarmes de Loire-Atlantique pendant une heure. Cinq barrages n'ont pas suffi à arrêter le tracteur, qui s'est finalement arrêté de lui-même.

"Pas évident d’arrêter un tracteur avec un barrage", reconnaît Sébastien Desbrest, commandant de la compagnie de gendarmerie de Châteaubriant (Loire-Atlantique), interrogé par Ouest France. "Un tracteur, ça ne s’arrête pas comme ça une fois que la machine équipée d’une remorque est lancée". Les gendarmes de Loire-Atlantique ont pu le constater à leurs dépens, samedi. Un homme lancé sur son tracteur a réussi à échapper à cinq barrages de gendarmes, coupant à travers champs pour échapper à ses poursuivants. La course-poursuite, digne d'un film hollywoodien, a duré environ une heure, avant que l'individu finisse par s'arrêter de lui même.

"Pas décidé à obtempérer". "La scène se déroule entre Rougé, près de Châteaubriant dans le nord de la Loire Atlantique, et Lalleu en Ille-et-Vilaine. [...] Le conducteur de l'engin n'a jamais dépassé les 35km/h", raconte France Bleue Loire-Atlantique. "L'histoire débute vendredi dernier. Bipolaire, un habitant de Rougé refuse de suivre les infirmiers venus chez lui afin de l'hospitaliser à Blain (44). Samedi, ces derniers reviennent, accompagnés des gendarmes. Mais il n'est toujours pas décidé à obtempérer", poursuit le site de la radio locale.

32 kilomètres. C'est alors que la course-poursuite commence. L'homme court vers son tracteur et réussit à prendre la fuite. En empruntant des chemins escarpés, inaccessibles aux voitures de la gendarmerie, il arrive à échapper aux forces de l'ordre sur 32 kilomètre, évitant cinq barrages en coupant à travers champs. L'homme a finalement consenti à s'arrêter de lui même à se rendre. Interpellé par les gendarmes, pris en charge par une équipe d'infirmiers, il a été hospitalisé à l'hôpital de Blain. L'histoire se termine sans blessé.