Échirolles : une dizaine d'interpellations
Suite au double meurtre d'Échirolles, les élèves du lycée Marie curie sous le choc. © Max PPP

INFO E1 - Dix personnes ont été interpellées mardi. Deux frères avaient déjà été arrêtés lundi soir.

Alors que François Hollande a appelé lundi soir a "retrouver les auteurs de ces crimes odieux", une série d'interpellations se sont déroulées mardi matin dans le quartier de la Villeneuve, dans la banlieue de Grenoble. Un coup de filet qui intervient dans le cadre de l'enquête sur le meurtre à l'arme blanche de deux jeunes dans le quartier d'Échirolles près de Grenoble. Dix personnes ont été interpellées mardi matin et deux autres la veille, comme le révélait dès lundi soir Europe 1. 

Deux frères militaires arrêtés lundi

"Il y avait 15 objectifs, dix personnes ont été interpellées, principalement à la Villeneuve", a précisé une source proche de l'enquête. Des policiers, dont certains en civil, sont intervenus dans le quartier dès 6 heures, sous les yeux de nombreux médias. Plusieurs appartements ont été perquisitionnés lors de cette opération qui a mobilisé une cinquantaine de policiers.

La veille au soir, les forces de l'ordre avaient interpellé deux frères, tous deux militaires. Ces derniers avaient passé leur week-end de permission à la Villeneuve, dans leur quartier d'origine. L'un a été arrêté à Varces, en Isère, et l'autre à Hyères dans le Var, selon les informations recueillies par Europe 1.

Un banal regard de travers pour déclencheur

François Hollande et le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, se sont rendus sur les lieux du drame lundi. Les habitants d'Echirolles "ont droit à la sécurité, c'est ce que je suis venu leur apporter, sécurité, justice et réussite", a lancé le chef de l'État lors de son déplacement dans la ville théâtre de la terrible rixe le week-end dernier.

>> Des "crimes odieux", dit Hollande

Un banal regard de travers est à l'origine de ce règlement de comptes qui a dégénéré dans cette commune de la banlieue grenobloise. Les meurtriers, une bande de jeunes venus de La Villeneuve et armés de battes de base-ball, de manches de pioches, de marteaux, de couteaux et d'un pistolet à grenaille, s'en sont pris à Sofiane et Kevin, qui tentaient de protéger deux adolescents et ont succombé à de multiples coups de couteau.  L'audition d'un jeune majeur interpellé vendredi a permis de reconstituer la scène et de retrouver le pistolet et des douilles. 

Les deux victimes, un étudiant en master et son ami d'enfance, tous deux âgés de 21 ans et résidents du quartier des Granges à Echirolles, n'étaient pas connus des services de police ou de justice. "Nous n'avons pas affaire à des délinquants", avait précisé le procureur de la République de Grenoble, Jean-Yves Coquillat. Il ne s'agit pas non plus d'un règlement de comptes entre bandes rivales sur fond de trafic de stupéfiants, avait-il ajouté.

Une marche blanche sera organisée mardi par les proches de deux jeunes victimes.

>> TEMOIGNAGE - "Des morts que je n'accepte pas"