Francis Heaulme : "J'ai commis des meurtres mais Montigny, ce n'est pas moi"

  • A
  • A
Francis Heaulme : "J'ai commis des meurtres mais Montigny, ce n'est pas moi"
Francis Heaulme comparaît devant les assises de Moselle à partir d'aujourd'hui.@ BENOIT PEYRUCQ / AFP
Partagez sur :

Trente ans après le double-meurtre de Montigny-lès-Metz, Francis Heaulme comparaît depuis mardi devant les assises de Moselle. 

DANS LA SALLE D'AUDIENCE

Plus de 30 ans après les meurtres de deux garçons de 8 ans près de Metz en 1986, le tueur en série Francis Heaulme comparaît depuis mardi devant les assises de la Moselle pour le cinquième procès d'une affaire hors norme.

Accusé d'avoir tué Alexandre Beckrich et Cyril Beining à coups de pierre le 28 septembre 1986 sur un talus d'une voie ferrée de Montigny-lès-Metz, le "routard du crime", déjà condamné et emprisonné pour neuf meurtres, est "prêt à se battre" pour prouver qu'il n'est pas coupable, a indiqué son avocate, Maître Liliane Glock.

Un premier non-lieu pour Heaulme en 2006, puis un premier procès en 2014. Mis en examen une première fois en 2006, avant de bénéficier d'un non-lieu, Francis Heaulme a finalement été renvoyé devant les assises en 2013. Son premier procès s'ouvre en 2014 à Metz.

C'est alors le sort d'Henri Leclaire, un ex-manutentionnaire de la maison d'édition Le Lorrain, à quelques encablures du talus SNCF, qui bascule. Appelé comme témoin, il devient suspect sur la foi de témoignages de dernière minute. Une femme affirme qu'Henri Leclaire, en 2012, lui a confié en "criant et gesticulant", qu'il avait "attrapé" les enfants, tout en répétant qu'il ne les avait pas tués.

Mais la justice considérera ces éléments insuffisants - évoquera même une hypothèse "journalistique" à propos de la possible culpabilité de Henri Leclaire. Début 2017, il est définitivement blanchi. C'est donc seul que Francis Heaulme sera jugé jusqu'au 18 mai.

Suivez le procès en direct avec notre journaliste Salomé Legrand, sur place :