Disparition de la famille d'Orvault : ce que l'on sait lundi

  • A
  • A
Disparition de la famille d'Orvault : ce que l'on sait lundi
La maison de la famille disparue, à Orvault, en Loire-Atlantique.@ JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP
Partagez sur :

À Orvault, près de Nantes, le mystère de la disparition d'une famille de quatre personnes reste entier. La voiture du fils, la seule manquante, est toujours recherchée.

Ils n'ont plus donné signe de vie depuis le 16 février. Les quatre membres de la famille Troadec, les parents et les deux enfants de 18 et 21 ans, sont toujours introuvables. Samedi, le parquet a décidé d'ouvrir une enquête pour homicides volontaires, enlèvements et séquestrations après que des éléments troublants ont été découverts par les policiers au domicile du couple à Orvault, près de Nantes. 

La voiture de Sébastien recherchée. Une paire de chaussettes et un téléphone maculés de sang ont en effet été trouvés dans un bureau de la maison. Des traces de sang, roses et rouges, essuyées ont également été relevées sous l'escalier. Si ces traces appartiennent bien à la famille, le procureur s'est bien gardé de préciser à quels membres, et corrélativement, qui pourrait être l’auteur d’éventuels homicides. D’après nos informations, le téléphone portable maculé de sang se trouvait dans la chambre de Sébastien, 21 ans. La priorité des enquêteurs est de retrouver sa Peugeot 307, blanche ou couleur crème, seul véhicule manquant de la famille. La voiture est activement cherchée sur l’ensemble du territoire.

La personnalité trouble du fils. Le profil de Sébastien, étudiant en BTS informatique en Vendée, retient toute l’attention des enquêteurs. Fragile, instable et sombre, il a été suivi sur le plan psychologique. À de nombreuses reprises, ses propos traduisent un état d’esprit très noir. Sur le réseau social Ask.com, à la question "où te vois-tu dans cinq ans ?", il répond : "Mort". On évoque à son propos un "pétage de plombs" il y a quatre ans. Le jeune homme passait des heures sur son ordinateur, à jouer en ligne et à squatter les réseaux sociaux. Il aurait proféré des menaces de mort sur un blog, en visant tout un lycée d'Orvault. "Demain, je vais buter tout le monde", avait-il écrit. Une amie de la sœur de Sébastien le décrit comme "quelqu'un d’un peu spécial, dans son monde, vivant comme dans une bulle". Ses tweets révélaient par ailleurs une mésentente avec son père.

Un père dépressif.  Pascal Troadec est d'ailleurs l'autre personnalité particulière dans cette affaire. En effet, le père a souffert de troubles dépressifs par le passé. Le couple se disputait assez régulièrement et bruyamment. Selon nos sources, l'épouse, Brigitte, était responsable du suivi des finances du Conseil départemental, soit un budget d’1,3 milliard d’euros. À son poste du centre des impôts, elle avait la capacité d’effectuer des transactions. Les enquêteurs ont certainement très vite vérifié si, oui ou non, Brigitte Troadec a pu détourner des fonds publics. Par ailleurs, les enquêteurs n'ont décelé aucune trace d'effraction dans la maison, et rien n'indique que l'habitation a été fouillée. La piste familiale semble la plus plausible.

La carte bancaire de la fille utilisée frauduleusement.Selon Ouest-France, la mère et la fille ont signalé "l'utilisation frauduleuse de la carte bancaire de l'adolescente", quelques heures avant la disparition de la famille Troadec, le 16 février. La carte aurait servi à payer des jeux vidéos, ajoute le quotidien régional. Impossible cependant de savoir pour le moment si cette utilisation a un rapport avec l'enquête.