Des baskets au coeur de l'enquête sur le meurtre d'un SDF à Montpellier

  • A
  • A
Des baskets au coeur de l'enquête sur le meurtre d'un SDF à Montpellier
Le SDF a été tué près de l'avenue François-Delmas, près du centre de Montpellier.@ Capture d'écran Google Maps
Partagez sur :

Un homme de 39 ans a été mis en examen pour le meurtre d'un sans-abri roumain, fin janvier. Il aurait dérobé une paire de baskets appartenant au SDF.

Un Algérien de 39 ans a été mis en examen et incarcéré pour le meurtre d'un sans-abri roumain de 44 ans, a indiqué lundi le procureur de la République de Montpellier. Ce dernier a précisé qu'une paire de baskets était un des éléments clef de l'enquête.

Un cadavre découvert fin janvier. Le cadavre d'un homme sans chaussures, frappé à mort, avait été découvert le 24 janvier dernier le long d'une voie de chemin de fer dans des taillis dans le centre de Montpellier. L'autopsie a montré que cet homme, qui vivait le long de cette voie de chemin de fer de manière très isolée, "était décédé de plusieurs coups très violents portés au niveau de la tête", a expliqué lundi lors d'une conférence de presse Christophe Barret.

Un "profil génétique connu" sur la scène de crime. L'enquête, confiée à la Direction départementale de la sécurité publique de l'Hérault (DDSP 34), a notamment permis d'identifier sur la scène de crime un "profil génétique connu" via le Fichier national automatisé des empreintes génétiques (FNAEG), celui d'un Algérien qui a été arrêté le 27 février au centre de rétention administrative de Sète, dans l'Hérault. Cet homme, également sans domicile, y avait été placé pour séjour irrégulier.

Le suspect dit avoir volé les baskets. "Une paire de baskets particulières qui avait été remise à la victime par une organisation caritative", a été retrouvée dans la chambre du suspect, a ajouté le procureur, parlant d'indices "graves et concordants". Cet homme, visible sur des images de vidéo-surveillance aux abords du lieu du meurtre et qui encourt une peine maximale de 30 ans de réclusion criminelle, "conteste avoir commis" cet homicide, a souligné Christophe Barret. Au terme de "déclarations évolutives" et "peu convaincantes", le suspect a affirmé s'être rendu sur les lieux et avoir pris les baskets et un sac de couchage de la victime alors qu'elle était déjà morte, a-t-il ajouté.