Daniel Legrand : "Outreau, c’est derrière moi"

  • A
  • A
Partagez sur :

Daniel Legrand, acquitté définitivement dans l’affaire Outreau par la cour d’assises des mineurs d’Ille-et-Vilaine, vendredi, a fait part de son soulagement sur Europe 1.

TÉMOIGNAGE EUROPE 1

"Un grand soulagement", c’est ainsi que Daniel Legrand a qualifié son acquittement, vendredi, dans une interview accordée à Nicolas Poincaré sur Europe 1, dans l’émission Europe Soir. Il attendait ce jour là depuis trois semaines. Trois semaines d’audience devant la cour d'assises des mineurs de Rennes, dans un "troisième procès Outreau", où il comparaissait pour viols et agressions sexuelles sur les quatre enfants Delay.

Des faits présumés pour lesquels il avait déjà été blanchi en appel à Paris, en 2005, mais en tant que majeur. "J’ai été acquitté, la cour a compris que j’étais innocent", a réagi Daniel Legrand, définitivement innocenté puisque la cour de Rennes l'a, cette fois, innocenté des faits concernant la période où il avait moins de 18 ans. 

Des retrouvailles avec son fils. C'est un homme "heureux" qui s'exprime, après des années de calvaire judiciaire ayant bouleversé le cours de sa vie. "C’est vraiment la fin pour moi, on ne parlera plus de ces histoires là. Je pense à mon avenir et à me reconstruire", a-t-il annoncé. Son avenir, désormais, c’est "voir mon fils grandir". Le petit Tom, âgé de cinq ans, retrouvera d’ailleurs son père ce week-end. 

Un troisième procès, celui de trop ? Acquitté une nouvelle fois dans le dossier Outreau, Daniel Legrand a estimé à propos de ce troisième procès : "C’était un procès de trop, [...] ça ne servait à rien". "Mais bon, j’ai tenu bon jusqu’au bout et j’ai prouvé mon innocence avec mes avocats", a déclaré l'homme pris dans la tourmente depuis près de quinze ans, lorsque l'affaire a éclaté en février 2001.

Pour cet homme au parcours brisé par le fiasco judiciaire d'Outreau, les deux principaux responsables "ce sont Myriam Badaoui et le juge Burgaud". Mais, lors de ce dernier procès "Myriam Badaoui a dit la vérité une bonne fois pour toute et c'était le soulagement quand elle a dit la vérité", a expliqué Daniel Legrand. L'ancien accusé garde toutefois une rancune envers le juge Fabrice Burgaud : "Lui, je lui en veux quand même, car il a essayé de m’enfoncer pendant toute son intervention", a-t-il lâché, faisant référence à l'audition du magistrat durant la deuxième semaine d'audience.

L’honneur retrouvé. Mais Legrand fils va enfin pouvoir tourner la page du cauchemar d'Outreau, peuplé de ses "fantômes". "J’ai sauvé mon honneur et l’honneur de mon père qui est décédé aujourd’hui", a dit, ému, Daniel Legrand dont le père avait lui aussi été accusé avant d'être acquitté aux assises de Saint-Omer en 2004. "L’affaire d’Outreau est derrière moi", a conclu le trentenaire, enfin blanchi. "J’espère avoir un avenir plus heureux".