EXCLU - Dammartin : "On est arrivés les premiers, il a tiré sur nous"

  • A
  • A
Partagez sur :

INTERVIEW VIDÉO EXCLUSIVE - Deux gendarmes de la petite commune de Seine-et-Marne, racontent comment ils se sont retrouvés nez-à-nez avec les frères Kouachi.

Il est 8h30, vendredi matin, lorsque l’une des 28 patrouilles de gendarmes qui tournent sur le département de Seine-et-Marne est envoyée dans la zone d’activité des "Prés-Boucher", à Dammartin-en-Goële. Le gérant d’une imprimerie vient d’appeler les forces de l’ordre pour dire que les deux terroristes recherchés depuis la veille – depuis l’attentat contre Charlie Hebdo – se trouvent dans son entreprise.

Les deux co-équipiers – un homme de 45 ans, chef de patrouille, et une collègue de 28 ans - se rendent immédiatement sur place. Lorsqu’ils arrivent à proximité de l’imprimerie, les gendarmes reconnaissent aussitôt la voiture des malfaiteurs, signalée comme volée. "On a coupé le "deux-tons" (la sirène) à environ 1 kilomètre pour arriver discrètement", explique le chef de patrouille, au micro d’Europe 1.



EXCLU - Kouachi "était à 4 mètres de mon arme"par Europe1fr"On a forcément le stress qui monte quand on va sur ce genre d’intervention", ajoute sa collègue. "On se dit qu’on est là pour faire notre travail le plus professionnellement possible".

Le chef de patrouille aperçoit alors un homme, à travers la fenêtre du premier étage de l’imprimerie. Il ne sait alors pas s’il s’agit d’un des terroristes ou d’un potentiel otage. "On est descendu de la voiture et on s’est approché. Puis j’ai vu un homme sortir du bâtiment avec une kalachnikov. Là, j’ai tout de suite su qu’il fallait réagir", raconte le gendarme. Le militaire se colle alors au bâtiment. Saïd Kouachi ne le voit pas tout de suite. Il crie "Allahou Akbar" avant de tirer sur la voiture des gendarmes. Trois impacts distincts seront relevés, plus tard, sur la portière avant droite.

>> LIRE AUSSI - Les frères Kouachi, des hommes "calmes, déterminés, professionnels"

Puis dans son champ de vision, il aperçoit le gendarme. Ce dernier, qui avait sorti son arme, fait feu le premier et le touche au cou. "Pour toucher, vous avez besoin de vous concentrer, alors j’ai essayé de garder mon sang-froid", confie le gendarme.

Saïd Kouachi tombe par terre et se retranche dans le bâtiment. "J’avais l’occasion de le neutraliser mais je n’étais plus en situation de légitime défense et les règles sont strictes sur l’usage de notre arme", précise-t-il aussitôt en parlant d’une scène qui n’a duré "que quelques secondes".

Le gendarme garde surtout à l’esprit que le gérant de l’entreprise et peut être d’autres personnes sont à l’intérieur du bâtiment avec l’autre frère, Chérif. "J’ai réfléchi et j’ai pris la décision de nous extraire, ma collègue et moi, pour nous mettre à l’abri", raconte-t-il.

La jeune femme – qui sécurisait les arrières - a vécu toute la scène sans voir ce qu’il se passait. "J’étais derrière le chef de patrouille. J’entendais les coups de feu mais je ne voyais rien", se souvient-elle. La patrouille décide alors de sécuriser le périmètre et ordonne aux employés des entreprises voisines - sorties voir ce qu’il se passait – de rentrer dans les bâtiments et de ne pas en bouger.

Quelques minutes plus tard trois autres patrouilles les rejoignent sur la zone. Puis le GIGN arrive en renfort peu de temps après. Mais ce ne sera qu’en fin d’après-midi, peu avant 17 heures, que l’assaut sera donné par les gendarmes d’élite et les deux frères Kouachi tués.