Côtes-d’Armor : les gendarmes découvrent 41 animaux et deux enfants dans un appartement insalubre

  • A
  • A
Côtes-d’Armor : les gendarmes découvrent 41 animaux et deux enfants dans un appartement insalubre
Le 12 février dernier, un homme était venu déposer plainte au nom d'une association de protection animale.@ LOIC VENANCE / AFP
Partagez sur :

Quarante et un animaux ont été retrouvés, mardi, dans un appartement insalubre à Lamballe, dans les Côtes-d'Armor. Ils étaient avec deux enfants de 1 et 5 ans.

C’est une plainte pour des faits de maltraitances sur animaux qui a permis cette découverte. Les dénonciations d'une association de protection des chats ont poussé les gendarmes de Lamballe, dans les Côtes-d’Armor, à enquêter, suivant notamment la trace de huit chiens et huit chats déclarés comme étant victimes de mauvais traitements.

41 animaux et deux enfants. Mais mardi, dans le centre de la commune, un tableau bien plus dramatique s’est présenté à eux. Dans le logement insalubre où réside une famille de quatre personnes, les gendarmes ont découvert 19 chats, 6 chiens, 8 chiots, 2 rats, et, au milieu, deux enfants d’un et cinq ans. "La plupart sont en souffrance et sont maltraités", a indiqué le commandant Matthieu Glavieux, à la tête de la compagnie de gendarmerie de Saint-Brieuc, à Ouest France.



Privation de soin et absence d'hygiène. Le 12 février dernier, un homme était venu déposer plainte au nom de l’association de protection animale, visant un couple qui serait coupable de négligences graves à l’encontre de plusieurs animaux de compagnie. Privation de soins vétérinaires, absence d’hygiène et malnutrition : les gendarmes ouvrent alors une première enquête, relate Ouest France.

La SPA de Rennes a été sollicitée, pour prendre en charge les animaux maltraités. En parallèle, le parquet de Saint-Brieuc a saisi un magistrat pour que les deux enfants, "en situation de détresse sociale", bénéficient d’une mesure de placement d’urgence, précise le quotidien local. Ils ont été pris en charge par une assistante sociale.

Trois mis en cause. Âgés de moins de 30 ans, le père et la mère, ainsi que le propriétaire des animaux, ont été entendus, mardi, dans le cadre d’une audition libre. Ils comparaîtront devant le tribunal de Saint-Brieuc dans le cadre d’une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité.

Deux enquêtes ont par ailleurs été ouvertes : la première pour sévices et actes de cruauté et maltraitance envers les animaux et la seconde, pour privation de soins d’alimentation envers des mineurs de moins de 15 ans.