Cinq "projets d'actions terroristes" djihadistes déjoués en France

  • A
  • A
Cinq "projets d'actions terroristes" djihadistes déjoués en France
@ Reuters
52 partages

Cinq "projets d'actions terroristes" djihadistes ont été déjoués en France depuis l'été 2013, a indiqué mercredi le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve.

C'est l'un des risques majeurs liés aux départs en Syrie : le retour de djihadistes projetant de faire des attentats sur le sol français. Depuis l'été 2013, cinq "projets d'actions terroristes" djihadistes ont été déjoués en France. C'est le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, qui a avancé ce chiffre mercredi, en Conseil des ministres.

>> LIRE AUSSI - Les mesures phares du projet de loi anti-terrorisme

Des projets d'attentats sans être parti en Syrie. "Depuis août 2013, cinq projets d'actions terroristes sur le territoire national ont été déjoués par la DGSI, impliquant des individus de retour en France ou qui n'avaient pas quitté le territoire national", selon le compte-rendu du Conseil.

Quatre projets d'attaques par des djihadistes revenus de Syrie ont été déjoués, estiment les enquêteurs. Dans le détail, un employé de pompes funèbres du Nord a été arrêté en octobre 2013, deux mois après son retour. Un homme, soupçonné d'avoir voulu s'en prendre aux chiites, a été cueilli en juillet dernier.

>> A ÉCOUTER - Un risque "réel" d'attentat sur le sol français

De nombreux suspects arrêté en possession d'armes. Par ailleurs, des armes ont été retrouvées à Marseille dans le cadre de l'enquête sur Medhi Nemmouche, le tueur du Musée juif de Bruxelles. Ibrahim Boudina, un Cannois revenu début 2014, a été arrêté en possession d'armes et d'explosifs. Le cinquième projet concerne un jeune homme de Vaux-en-Velin, dont des frères combattent en Syrie et chez qui des armes ont été découvertes en septembre, selon une source proche du dossier.

>> LIRE AUSSI - C'est en France qu'on trouve le plus d'activistes islamistes

Une centaine d'enquête en cours. Au total, 13 filières d'acheminement vers l'Irak et la Syrie de candidats au djihad, "impliquant pour les plus importantes jusqu'à plus de 20 individus", ont été démantelées, selon le compte-rendu du Conseil. Quelque 103 enquêtes judiciaires sont aujourd'hui ouvertes. Dans le cadre de ces procédures, 118 personnes ont été mises en examen, dont 82 ont été écrouées et 36 placées sous contrôle judiciaire.

>> LIRE AUSSI - Ces djihadistes français dans le collimateur des autorités

Le nombre de français djihadistes multiplié par deux. "Plus de 1.200" Français ou personnes résidant en France sont impliquées dans les filières djihadistes. Un chiffre qui "a doublé depuis le début de l'année". Sur ces 1.200 personnes, 390 sont actuellement "sur la zone", 231 sont en transit vers l'Irak et la Syrie, 234 ont quitté la Syrie dont 185 ont déjà regagné la France.

Quel profil ? "Les femmes, mineures ou majeures, représentent près de 30% des personnes impliquées; près d'un quart sont des personnes récemment 'converties'", détaille le compte-rendu. "Leur implication est associée, dans la plupart des cas, à des phénomènes de rupture scolaire, familiale, sociale ou psychologique, offrant un terreau favorable aux recruteurs qui ont développé sur internet une propagande massive et protéiforme", poursuit-il.