Chambres à gaz : Jean-Marie Le Pen sera jugé pour le "détail"

  • A
  • A
Chambres à gaz : Jean-Marie Le Pen sera jugé pour le "détail"
@ AFP
Partagez sur :

Le cofondateur du Front national devra répondre de contestation de crime contre l'humanité devant la 17e chambre correctionnelle du TGI de Paris a une date encore inconnue. 

Jean-Marie Le Pen sera jugé en correctionnelle pour avoir de nouveau déclaré, le 2 avril dernier, que "les chambres à gaz étaient un détail" de la Seconde Guerre mondiale, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.

Le parquet, qui avait ouvert une enquête préliminaire juste après ces propos tenus sur BFMTV-RMC, a cité à comparaître il y a quelques semaines le cofondateur du Front national pour contestation de crime contre l'humanité. La date du procès devant la 17e chambre correctionnelle du TGI de Paris n'a pas encore été fixée.

La réitération de propos déjà tenus en 1987. Le 2 avril dernier, dans une interview donnée à BFMTV et RMC, le président d'honneur du Front National était revenu sur ses propos polémiques tenus en 1987 pour lesquels il a été condamné plusieurs fois. "Ce que j'ai dit correspondait à ma pensée, que les chambres à gaz étaient un détail de l'histoire de la guerre, à moins d'admettre que ce soit la guerre qui est un détail des chambres à gaz", avait lancé Jean-Marie Le Pen, ajoutant n'avoir regretté "à aucun moment" ses propos.

"Absolument, je les maintiens, parce que je crois que c'est la vérité et que ça ne devrait choquer personne. On a instrumentalisé cette affaire contre moi en y introduisant un soupçon d'antisémitisme alors que je mets au défi quiconque de citer une phrase antisémite dans ma vie politique", avait ajouté le cofondateur du Front national.

Un dérapage à l'origine de la crise père-fille au FN. Après un tollé des associations antiracistes et jusque dans la sphère politique, ces propos avaient été condamnés par sa fille Marine qui lui a succédé à la tête du FN, puis entraîné la suspension de Jean-Marie Le Pen du parti qu'il a longtemps incarné. Mais cette suspension a depuis été annulée par la justice.