Calais : nouveaux heurts nocturnes entre migrants et forces de l'ordre

  • A
  • A
Calais : nouveaux heurts nocturnes entre migrants et forces de l'ordre
@ AFP
Partagez sur :

Des heurts ont de nouveau éclaté dans la nuit de lundi à mardi entre quelque 250 migrants et les forces de l'ordre sur la rocade d'accès au port de Calais.

La nuit a été une nouvelle fois mouvementée à Calais. Des heurts ont de nouveau éclaté dans la nuit de lundi à mardi entre quelque 250 migrants et les forces de l'ordre. Les incidents sont survenus sur la rocade d'accès au port de Calais, où les premiers tentaient de se cacher dans des camions, a-t-on appris mardi auprès de la préfecture du Pas-de-Calais.

Les migrants soutenus par les Balck Blocs. Entre 23 heures lundi et 4 heures mardi, quelque 250 migrants ont, "à plusieurs reprises, tenté de ralentir le trafic sur la rocade portuaire en posant divers objets sur la chaussée", a indiqué un porte-parole de la préfecture. "Les policiers ont dû repousser à plusieurs reprises les migrants de la rocade. Des projectiles ont été tirés sur les policiers", a ajouté ce porte-parole.

Selon une source policière, les policiers ont dû faire l'usage de gaz lacrymogènes de nombreuses fois. De leur côté, les migrants ont "démonté des panneaux de signalisation pour faire des barrages sur la rocade", selon cette source, qui évoque l'aide de militants altermondialistes "No Border" et d'extrême gauche "Black Blocs".

Des altercations qui se multiplient. Au total, les forces de l'ordre ont dénombré "11 blessés très légers parmi les policiers", sans mentionner d'éventuels blessés parmi les migrants. Des heurts similaires avaient eu lieu la nuit précédente, blessant légèrement 16 policiers et un migrant. "Jusqu'à présent les migrants reculaient lorsque les policiers avançaient, maintenant c'est eux qui viennent à nous, avec des cailloux", a avancé la source policière.

Quelque 4.500 migrants, selon les derniers chiffres du ministère de l'Intérieur lundi, vivent dans la précarité dans le camp de la "Jungle" situé à l'est de Calais et jouxtant la rocade portuaire, dans l'espoir de passer en Angleterre, qu'ils considèrent comme un eldorado, via le tunnel sous la Manche ou le port de Calais. Le camp avait atteint le chiffre record de 6.000 migrants il y a plusieurs semaines, poussant le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve à se rendre à Calais pour y annoncer des mesures sécuritaires et humanitaires.