Arrestations à Béziers : pas de "projet d'attentat connu"

  • A
  • A
Arrestations à Béziers : pas de "projet d'attentat connu"
@ Reuters
410 partages

Cinq suspects, d'origine tchétchène, ont été placés en garde à vue et des perquisitions ont eu lieu, à Béziers, lundi soir. Mais la piste terroriste semble écartée par les enquêteurs. 

L'info. Cinq Russes ont été interpellés, lundi soir vers 23 heures, à Béziers et à Saint-Jean-de-Védas, dans l'Hérault. Malgré la présence d'explosifs dans l'un des domiciles perquisitionnés, la piste terroriste ne semble pas retenue par la police.  

La piste du grand banditisme. L'un des individus a été interpellé dans le quartier de Sauclières, près de l'ancien stade de rugby de Béziers, les quatre autres à Saint-Jean-de-Védas, une commune jouxtant Montpellier, à l'ouest. "C'est une affaire qui n'a pas de connotation religieuse, mais c'est du grand banditisme. Le parquet antiterroriste n'a pas été saisi", a souligné le procureur de la ville, Yvon Calvet. "Il n'y a pas de projet d'attentat connu", a-t-il renchéri au cours d'une conférence de presse. 

De dangereux explosifs retrouvés. Les cinq suspects, d'origine tchétchène, ont été placés en garde à vue et des perquisitions ont eu lieu. Lors de ces celles-ci, "de dangereux explosifs ont été découverts", a annoncé Yvon Calvet. Selon une source proche de l'enquête, il s'agirait de peroxyde d'acétone (TATP), un produit simple : le même que celui utilisé lors de l'attentat du marathon de Boston. Pour autant, aucune n'arme n'a été trouvée lors des perquisitions. Le directeur de la police judiciaire de Montpellier, Gilles Soulier, a indiqué à son tour : "On n'a pas déterminé si un projet d'attentat était en cours", avant de préciser que les individus, âgés de 24 à 38 ans, sont "des gens inconnus des services antiterroristes" bien que certains aient déjà fait de la prison.  

Un suspect mis en cause pour une explosion en 2008. Selon le quotidien Midi Libre, l'un de ces hommes était surveillé depuis quelque temps par les forces de l'ordre. Cet ancien étudiant avait été mis en cause dans l'explosion d'une bombe artisanale à la cité universitaire Triolet, à Montpellier, le 12 novembre 2008. Six personnes avaient été blessées, dont deux grièvement. Agé "de 24 ans", il vivait en famille avec "ses frères, ses sœurs ainsi que sa mère", ont raconté ses voisins très étonnés parce que ce garçon sans histoire n'avait "jamais fait parler de lui".

Enfin, le procureur a reconnu que "d'autres interpellations pourraient intervenir" dans le cadre de ce dossier. "Nous n'en sommes qu'au début des investigations. On va voir la nécessité de prolonger les gardes à vue", s'est-il contenté de dire, mardi soir.