10 ans de prison pour avoir tué son mari violent et incestueux

  • A
  • A
10 ans de prison pour avoir tué son mari violent et incestueux
Jacqueline Sauvage a été condamnée en appel à dix ans de prison pour avoir tué son mari.@ AFP
Partagez sur :

Maltraitée pendant des années par son mari, Jacqueline Sauvage, a été condamnée en appel à dix ans de prison pour l'avoir tué.

La cour d'assises de Blois a confirmé le premier verdict. Jacqueline Sauvage, a été condamnée en appel à dix ans de prison pour avoir tué son mari, qui l'avait maltraité pendant des années. La peine qui sera infligée à Jacqueline Sauvage, 66 ans, "ne doit pas être un permis de tuer", avait lancé l'avocat général Frédéric Chevallier en demandant aux jurés de confirmer la peine prononcée en première instance. 

"La légitime défense n'est absolument pas soutenable. Aux violences de son mari, elle aurait dû répondre par un acte proportionné, immédiat et nécessaire. Face à un coup de poing qui se solde par trois jours d'ITT, elle tire trois balles", a dénoncé l'avocat général. "Trois coups de feu tirés dans le dos, ce n'est pas admissible", a-t-il martelé.

"Fracassée pendant 47 ans". Pour la défense, Me Nathalie Tomasini avait au contraire demandé aux jurés de "prendre la mesure des conséquences irréversibles des violences faites aux femmes". L'avocate leur avait demandé de "repousser les limites de la légitime défense appliquée aux situations de violences conjugales" en prononçant la relaxe de l'accusée. "Fracassée pendant 47 ans, psychologiquement et physiquement, elle présentait les syndromes post-traumatiques des femmes battues", a plaidé Me Nathalie Tomasini. "Elle savait mieux que quiconque qu'il pouvait, ce soir-là, passer à l'acte et mettre à exécution les menaces de mort qu'il avait proférées toute sa vie", selon l'avocate.

Incompréhension. Cette sexagénaire avait été condamnée une première fois à dix ans de prison, en octobre 2014, pour avoir abattu son mari de trois coups de fusil de chasse dans le dos, le 10 septembre 2012. Ce verdict en première instance avait suscité l'incompréhension. Car cet homme, qui l'a battue pendant 47 ans, maltraitait aussi leurs enfants et violait ses filles. Leur fils, qui subissait ces violences, s'est d'ailleurs suicidé la veille du jour où Jacqueline Sauvage a tiré sur son mari, alors qu'il était assis dans le jardin de leur petit pavillon, près de Montargis, dans le Loiret.