Arrêté avec 1 million d'euros : il transpirait trop pour être honnête

  • A
  • A
Arrêté avec 1 million d'euros : il transpirait trop pour être honnête
@ AFP
Partagez sur :

Arrêté lors d'un banal contrôle à la frontière franco-espagnole, cet automobiliste suait à grosses gouttes. Un signe qui a alerté les policiers. Dans la voiture, ils ont trouvé 1 million d'euros en cash. 

L'info. C'était un contrôle de police anodin. Mais l'automobiliste arrêté s'est mis à suer à grosses gouttes, malgré la température extérieure de -5°C, et à paniquer de façon un peu trop suspecte. Ce comportement fébrile a attiré l'œil des policiers qui ont décidé de pousser l'inspection un peu plus loin. Et, bingo, ils ont retrouvé 1 million d'euros en petites coupures, réparties dans deux gros sacs.

En sueur par -5°C. Cet automobiliste italien venant d'Espagne, disait se rendre en Suisse, lorsqu'il a été arrêté dans la nuit de samedi à dimanche, au péage du Boulou, dans les Pyrénées-Orientales. " C'est un contrôle de routine, simplement dans le cadre du plan Vigipirate", a précisé au micro d'Europe 1, Philippe Duporge, le patron départemental de la police aux frontières, dans les Pyrénées-Orientales. Mais, "l'individu est un peu hésitant lorsqu'il arrive sur le contrôle ; lorsqu'on lui demande ses papiers, il bégaie un peu, il sue. Ce sont des signes qui permettent aux policiers de se dire qu'il faut peut-être pousser le contrôle un peu plus loin", a raconté le patron de la PAF.  

Des sacs remplis de billets. A raison, puisque l'anxiété de cet automobiliste d'une trentaine d'années était sans aucun doute liée au chargement particulier de son véhicule. "En passant la lampe torche à l'arrière du véhicule, on s'est aperçu qu'il y avait un sac qui contenait des billets. Et là, il s'est avéré que l'individu avait 1.110.000 euros, en petites coupures de 50 et de 20 euros", a détaillé Philippe Duforge.

Un individu pas si lambda… "C'est ce qui fait le charme et l'intérêt de ce genre d'affaires, c'est que vous tombez sur un individu lambda qui se révèle ne pas être aussi lambda que ce qu'on pensait au départ", a analysé le directeur de la PAF à la frontière franco-espagnole. Ce contrôle banal à l'origine est "rassurant" selon lui, car il permet de voir que, grâce à une surveillance assidue de ses hommes "on peut tomber sur ce genre d'affaires à partir d'un contrôle anodin".

Les enquêteurs essaient maintenant de savoir à quoi était destiné l'argent. Plusieurs hypothèses sont envisagées comme le blanchiment d'affaires louches ou du liquide issu du trafic de stupéfiants.