Alsace : un détenu en cavale, soupçonné d'avoir violé une promeneuse, a été arrêté

  • A
  • A
Alsace : un détenu en cavale, soupçonné d'avoir violé une promeneuse, a été arrêté
@ AFP
Partagez sur :

Ce détenu interpellé samedi est soupçonné d'avoir violé et poignardé une promeneuse en Alsace. Il avait récemment profité d'une permission de prison pour s'évaporer dans la nature. 

Il s'était fait la malle à l'occasion d'une permission de sortie. Samedi, un détenu récemment évadé de la prison de Toul, en Meurthe-et-Moselle, a été arrêté. Il est soupçonné d'avoir violé et grièvement blessé une promeneuse, a annoncé le parquet de Strasbourg, lundi. Selon les Dernières nouvelles d'Alsace, le suspect, Nicolas W., a été mis en examen lundi pour "tentative de meurtre, concomitante à un autre crime" et "viol avec arme en récidive" et écroué.L'homme de 32 ans encourt la réclusion à perpétuité.

Violée et lardée de coups de couteau. Une femme de 40 ans, Angélique, promène son chien dans la forêt de Haguenau, dans le Bas-Rhin. Il est environ midi, lorsqu'elle croise un homme, avec qui elle échange trois mots à propos de son chien. Fin de la conversation. Quelques instants après, elle sent une présence derrière elle, avant de recevoir plusieurs coups de couteau. Elle tente de se défendre. La lame transperce une de ses mains. Elle est aussi touchée aux épaules avant d’être victime d’un viol. L'agresseur prend la fuite. Angélique sera retrouvée sur place, grièvement blessée. Elle a dû être transportée par hélicoptère à l'hôpital universitaire de Strasbourg. Son pronostic vital n'est pas engagé.

Il nie les faits. L’agresseur, lui, a été retrouvé le lendemain par les gendarmes qui avaient déployé de gros moyens : un hélicoptère et des chiens. Il a été retrouvé samedi, sur la base de "rapprochements" opérés par les enquêteurs, caché dans la forêt, au bord d’un étang. En garde à vue, il a "nié les faits", mais "les charges à son encontre sont relativement fortes", estime le parquet.

En cavale depuis sa permission. Ce qui marque dans cette affaire, c’est le profil du suspect : un récidiviste évadé de prison au cours d’une permission. Le suspect était sous le coup d'un mandat d'arrêt depuis le 27 août, après qu'il n'avait pas réintégré la prison où il était incarcéré alors qu'il bénéficiait d'une permission de sortie de trois jours, a précisé le procureur de Strasbourg, Michel Senthille.

La permission de sortie de deux jours, du 24 au 26 août, lui avait été accordée par un juge d'application des peines (JAP) de Nancy. Après neuf ans de prison, elle avait pour objectif soit de "maintenir les liens familiaux", soit de "préparer sa réinsertion", a expliqué le parquet de Strasbourg, qui n'était pas en mesure d'expliquer sur laquelle de ces deux bases il avait pris sa décision. Mais le suspect avait disparu dès sa sortie jusqu'à vendredi et ce viol. 

Déjà condamné pour le viol d'une ado. L'intéressé avait été condamné en avril 2009 par la cour d'assises du Bas-Rhin, selon le procureur de Strasbourg. D'après les archives du quotidien régional les Dernières nouvelles d'Alsace, ces détails correspondent à un verdict prononcé le 17 avril 2009. L'accusé, alors âgé de 26 ans, avait été condamné à 12 ans de réclusion pour le viol d'une adolescente de 15 ans, dans le cimetière de la commune, dans la nuit du 30 au 31 juillet 2006. "L'agresseur avait contraint sa victime à le suivre en la menaçant avec une arme à feu", avaient rapporté les DNA à l'époque. A l'époque, les faits s'étaient déroulés à quelques centaines de mètres de ce second crime commis vendredi. 

Une famille connue dans le village. Jean-Claude Strebler, le maire (Divers droites -DVD) de Mertzviller, la commune où se sont déroulés les faits, juge la situation incompréhensible. "Si on veut les faire sortir, il faut une escorte judiciaire et faire en sorte qu'ils réintègrent la prison. Il faut à tout moment assurer la sécurité des gens", avance l'élu. Le conseil municipal doit voter cette semaine une motion sur le sujet, qui doit être spécialement adressée à la ministre de la Justice, Christiane Taubira. 

Dans ce village situé près d'Haguenau, au nord se Strasbourg, les habitants sont outrés par ce crime et ce contexte de permission dans lequel il intervient. "Les gens qui font ça une fois, le feront toujours. Donc je trouve pas ça normal, que l'on les laisse ressortir, ou qu'ils aient une permission", s'insurge, au micro d'Europe 1, Christelle, la bouchère du village. 

D'autant que le suspect fait partie d'une famille que tout le monde connaît, des gitans qui terrorisent le village depuis 30 ans, selon les témoins contactés par Europe 1. Le frère du suspect séjourne d'ailleurs en prison pour le meurtre d'une joggeuse, il y a une dizaine d'années.