Ajaccio : les pompiers agressés témoignent

  • A
  • A
Ajaccio : les pompiers agressés témoignent
Les deux jeunes sapeurs pompiers blessés se sont rendus au commissariat pour déposer plainte vendredi matin. Ils ont témoigné dans Corse-Matin.@ AFP
Partagez sur :

Ils avaient été blessés dans la nuit de jeudi à vendredi au cours d'une intervention pour un incendie "volontairement allumé pour (les) attirer (...) dans un guet-apens".

"On a vraiment frôlé la catastrophe, il aurait pu y avoir des morts", a rapporté samedi sur iTELE l'un des deux pompiers blessés dans un guet-apens tendu dans la nuit de jeudi à vendredi dans une cité d'Ajaccio. Vers 00h30, un incendie a été volontairement allumé pour attirer les forces de l'ordre et les pompiers dans un guet-apens. Deux pompiers ont alors été "sérieusement" blessés par des éclats de verre et les vitres de leur véhicule d'intervention ont été détruites.

Parpaings et barres de fer. Selon le témoignage de ce pompier, l'agression s'est déroulée en deux temps, les secours dépêchés sur un incendie dans le quartier des Jardins de l'Empereur à Ajaccio sont d'abord tombés sur cinquante à soixante individus qui se trouvaient autour d'un feu et leur ont lancé des projectiles : pierres, parpaings, barre de fer. Puis, alors qu'ils rebroussaient chemin, ils ont à nouveau été pris à partie par un petit groupe : "Nous avons été pris dans un véritable guet-apens par une vingtaine de personnes armées de barre de fer, de battes de baseball, cagoulés. Ils ont essayé de nous porter des coups, d'ouvrir le camion, ils ont réussi à briser les vitres", a relaté le pompier. "Ce qui s'est passé dans la nuit du 24 décembre, ça (n') a jamais était comme ça", a-t-il ajouté.


Ajaccio : "Il aurait pu y avoir des morts...par ITELE

"Notre principale préoccupation était que personne ne puisse monter". Ils ont également témoigné dans les colonnes de Corse-Matin. "Il faisait sombre. Nous sommes restés dans le camion et notre principale préoccupation était que personne ne puisse monter dedans. D'autant qu'il y avait une femme avec nous sur l'intervention. Je l'ai poussée derrière et j'ai fermement tenu la porte. C'est à ce moment-là que j'ai été blessé", explique un des pompiers qui a eu la cornée de l’œil gauche rayée. Une femme pompier, présente de l'événement, se confie également : "On a tous eu peur. On savait que s'ils pénétraient dans le camion, ce n'était plus la même histoire. Il fallait rapidement sortir du quartier". Les deux jeunes sapeurs pompiers blessés, principalement aux yeux, se sont rendus au commissariat pour déposer plainte vendredi matin. 

Ambiance tendue. En réaction, vendredi en fin de journée, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées en guise de soutien aux policiers et pompiers blessés. Scandant pour certaines "Arabi fora (les Arabes dehors)!" ou "On est chez nous!", elles ont essayé d'identifier les auteurs de l'agression de la veille. En marge de ce rassemblement, une salle de prière musulmane, située à proximité de la cité des Jardins de l'Empereur, a été saccagée par un groupe d'individus, qui ont aussi tenté de mettre le feu à de nombreux livres, dont des exemplaires du Coran. Une nouvelle manifestation contre l'agression des pompiers a eu lieu samedi dans les Jardins de l'empereur, dans une ambiance tendue.