Notes de taxi à l'INA : Agnès Saal entendue mardi en garde à vue

  • A
  • A
Notes de taxi à l'INA : Agnès Saal entendue mardi en garde à vue
@ DOMINIQUE FAGET / AFP
Partagez sur :

La haute-fonctionnaire a été auditionnée par la PJ parisienne dans l'enquête sur ses notes de taxis présentées alors qu'elle dirigeait le centre Pompidou puis l'INA. 

INFO EUROPE 1

L'ancienne directrice de l'INA, Agnès Saal, a été entendue mardi sous le régime de la garde à vue par les enquêteurs de la brigade de répression de la délinquance économique (BRDE) de la police judiciaire parisienne, selon les informations d'Europe 1. 

Six heures d'audition en garde à vue. Cette audition s'inscrit dans le cadre de deux enquêtes préliminaires ouvertes par le parquet de Paris et de Créteil sur ses notes de taxis présentées alors qu'elle dirigeait l'INA et le Centre Pompidou. Cette garde à vue s'est déroulée de 9 heures à 15 heures. Contacté par Europe 1, son avocat n'a pas souhaité commenter cette information. 

Frais de taxis à l'INA... En avril 2015, Agnès Saal avait démissionné de son poste de présidente de l'INA, après les révélations sur les 40.000 euros de frais de taxis dépensés en moins d'un an, dont plus de 7.000 pour son fils, qui disposait d'un code de réservation auprès de la compagnie G7. L'intéressée a fait savoir qu'elle avait remboursé 15.940 euros de frais de déplacement, dont ceux "imputables à son fils" et 5.840 euros de déplacements privés. Ces premiers faits présumés avaient déclenché l'ouverture de l'enquête préliminaire à Créteil, après un signalement du ministère de la Culture.   

Fin mai, Fleur Pellerin, la ministre de la Culture, indiquait également qu'une enquête administrative était en cours concernant Agnès Saal, précisant que "l'échelle des sanctions" allait "du blâme ou de l'avertissement jusqu'à la radiation de la fonction publique". La haute-fonctionnaire a cependant été réintégrée au ministère de la Culture après sa démission, à un poste de chargée de mission sur les questions de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences.

...Et à Beaubourg. En juin, ce sont ses notes de taxis présentées lors de son mandat de directrice générale au Centre Pompidou, entre janvier 2013 et avril 2014, qui font l'objet de nouvelles investigations : l'enquête préliminaire ouverte à Paris. Cette enquête ouverte pour les faits présumés de détournement de fonds publics par personne chargée d'une mission de service public porte cette fois sur la somme de 38.000 euros.