Affaire du Carlton de Lille : sept journalistes renvoyés en correctionnelle

  • A
  • A
Affaire du Carlton de Lille : sept journalistes renvoyés en correctionnelle
@ PHILIPPE HUGUEN / AFP
Partagez sur :

Selon les informations d'Europe 1, sept journalistes vont être renvoyés en correctionnelle pour recel de violation du secret de l'instruction, dans l'affaire du Carlton de Lille.  

INFO EUROPE 1

Alors que le tribunal correctionnel de Lille doit rendre son jugement vendredi matin dans l'affaire du Carlton, sept journalistes vont être renvoyés devant un tribunal correctionnel pour recel de violation du secret de l'instruction dans la cadre de cette affaire, selon les informations d'Europe 1. Il s'agit, entre autres, de journalistes de Libération, Le Monde, Le Point, Le Figaro et L'Express.

Un plainte déposée en marge du scandale. En marge de l'affaire de proxénétisme du Carlton de Lille, deux juges d'instruction lillois ont été chargé d'enquêter sur des faits présumés de violation du secret de l'instruction, suite à une plainte avec constitution de partie civile, déposée en mars 2012 par l'avocat d'une des prostituées impliquées dans ce scandale. Cet avocat estimait, en substance, que la vie privée de sa cliente avait été étalée de façon scandaleuse sur la place publique.

DSK partie civile dans cette procédure. DSK, lui aussi, s'était constitué partie civile dans ce volet de l'affaire, à la suite notamment de la publication de SMS échangés avec l'un des mis en cause dans le dossier ; des messages dans lesquelles il évoquait l'organisation de soirées libertines. L'ancien patron du Fonds monétaire international (FMI) avait été mis en cause dans ce dossier, avec 13 autres prévenus, pour proxénétisme aggravé. Mais lors du procès en février dernier, le ministère public avait finalement requis sa relaxe. Dans ce volet de "violation du secret de l'instruction", le parquet de Lille avait requis un non-lieu, mais ces réquisitions n'ont pas été suivies par les deux magistrats en charge du dossier.

Vendredi, le tribunal correctionnel de Lille doit par ailleurs rendre son jugement dans le volet de "proxénétisme aggravé" de cette affaire.