Abattoir d'Alès : une vidéo accablante

  • A
  • A
Abattoir d'Alès : une vidéo accablante
@ L214
Partagez sur :

L'Association de protection animale L214 a dévoilé des images tournées clandestinement dans un abattoir municipal.   

Des bovins tués sans étourdissement préalable, des  cochons gazés qui s’asphyxient… La vidéo tournée clandestinement dans l'abattoir municipal d'Alès par l'Association de protection animale L214 et diffusée mercredi montre des scènes difficilement soutenables. Alors qu'une plainte a été déposée, le maire de la ville a annoncée la fermeture provisoire de l'établissement ainsi que le lancement d'une enquête administrative.

Une vidéo en caméra cachée après un refus de visite. Tout commence en mai 2015 lorsque l’association L214 sollicite la mairie d'Alès pour effectuer une visite de l'abattoir présenté comme "entièrement aux normes européennes". C'est à la suite du refus du maire que les images ont été tournées clandestinement sur une dizaine de jours.

Un rapport d'expertise confirme les mauvais traitements. Après avoir tourné la vidéo, l'association a sollicité l'expertise d'un vétérinaire, le professeur Mouthon. Ce dernier après avoir visionné les images a confirmé dans un rapport les mauvais traitements et la cruauté envers les animaux, des installations inadaptées, l’incompétence du personnel. Le professionnel pointe aussi des risques sanitaires. Or, l’abattoir d’Alès fournit les boucheries mais aussi des établissements scolaires et des hôpitaux de la ville. La filière bio viendrait même y abattre certains animaux, selon Le Point.

Une plainte. L’association L214 a annoncé qu'elle portait plainte pour cruauté contre l'abattoir. Une fermeture administrative et immédiate a aussi été demandée.

Une pétition.L214 a lancé une pétition sur Change.org pour appuyer la demande de fermeture de l’abattoir. Mercredi, près de 14.000 personnes avaient déjà signé la pétition.

Une fermeture "définitive" pas écartée. Suite à la polémique née de la vidéo, le maire d'Alès Max Roustan a annoncé mercredi la fermeture "immédiate et à titre conservatoire" de l'abattoir. Il a en outre annoncé le lancement d'une enquête administrative interne. "Si des fautes sont reconnues, des sanctions seront prises pouvant aller jusqu'à la fermeture définitive de l'abattoir d'Alès", a-t-il poursuivi dans un communiqué. 120 emplois directs et indirects dépendent localement de cet abattoir, selon l'élu.