A Nice, un avocat se faisait passer pour l'ex-avocat du terroriste

  • A
  • A
A Nice, un avocat se faisait passer pour l'ex-avocat du terroriste
Partagez sur :

"C'est une honte. Le sang des victimes coulait encore pendant qu'il paradait sur les plateaux", tonne un avocat du barreau niçois.

Tous les médias ont repris ses déclarations après l'attentat de Nice. Depuis le 14 juillet, un homme se faisait passer pour l'ancien avocat de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, auteur de l'attaque au camion. Petit hic, ses déclarations publiques, ses interviews et ses descriptions du terroriste n'étaient fondées sur rien, selon le Figaro qui confirme que cet avocat n'a en réalité jamais défendu le tueur devant la justice. Le bâtonnier de Nice l'a donc convoqué mercredi en vue d'éventuelles sanctions disciplinaires. 

"Il paradait sur les plateaux". C. D. disait avoir défendu le terroriste en mars dernier, lors d'un procès pour violences. Faux, affirme Le Figaro. "Selon nos informations, il n'avait pourtant jamais eu comme client Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, et a tout inventé", indique le quotidien national. Au fil de ses prises de parole, l'avocat a donc imaginé et divulgué à la presse le profil d'un homme qu'il n'a jamais défendu. "C'est une honte. Le sang des victimes coulait encore pendant qu'il paradait sur les plateaux", tonne un avocat du barreau niçois, cité par Le Parisien.  

Convoqué pour s'expliquer. Le bâtonnier de Nice, Me Jacques Randon, a convoqué Me D. mercredi matin pour obtenir des explications. Les deux hommes s'étaient déjà entretenu par téléphone samedi, et l'avocat avait alors argué d'une "méprise". "Il m'a dit qu'il avait fait une erreur, qu'il avait confondu avec un autre client au nom similaire ou proche", explique le bâtonnier de l'ordre des avocats du barreau de Nice. Une "méprise", qui n'empêche pas Me D.... d'accorder une nouvelle interview dès le lendemain !

"Un cas à part". Selon Le Figaro, Me D. est présenté comme "un cas à part" au sein des avocats de la ville, qui aurait déjà fait parler de lui par le passé. Handicapé physique, il est décrit comme "fragile" par la profession.