Des milliers de personnes visées par une arnaque par mail à la carte vitale

  • A
  • A
Ai-je le droit ? est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

Chaque matin, Shanel Petit évoque une question de droit en rapport avec l'actualité dans Europe 1 Bonjour.

Shanel Petit remplace Roland Pérez le lundi 13 novembre 2017.

On vous parle ce matin d’un arnaque. Une arnaque qui est en train de se propager partout en France. Ces derniers jours, des milliers de personnes ont reçu un mail pour obtenir une nouvelle carte vitale. Pour ça, on leur demande de communiquer tout un tas d’informations personnelles, dont les coordonnées bancaires. Alors attention, ce mail ne vient pas de l’assurance maladie.
Eh non. Et pourtant ça y ressemble beaucoup : même logo, même en-tête, même police de caractère.
Il existe plusieurs versions de ce mail, mais généralement, ça dit : "Bonjour, Amélie dévoile enfin sa nouvelle carte vitale V3. Une nouvelle technologie qui permet le remboursement des soins sous 24 heures. Pour l’obtenir, veuillez nous retourner le formulaire ci-joint accompagné d’un relevé d’identité bancaire".

On vous demande aussi une copie de pièce d’identité et un justificatif de domicile. Tout ce qu’il faut, en fait, pour voler votre identité et souscrire, par exemple, à un crédit en ligne.
Elle n’existe pas cette carte vitale V3 ?
Non ! Pas de V3, pas de V4. Il n’y a que deux versions de la carte vitale : une avec photo, une sans photo.
Donc on sait maintenant qu’il faut supprimer ce mail. Mais il y a de plus en plus de personnes qui essaient sur internet de se faire passer pour le service public. Comment on repère la fraude ?
Déjà, très important : que ce soit l’Assurance maladie, les ministères ou Pôle emploi, on ne vous demande jamais vos coordonnées bancaires par mail. Dans aucune situation. Ni vos mots de passe, d’ailleurs. Si on vous réclame ces informations dans un mail, supprimez, c’est une arnaque.
Et puis soyez vigilants aux détails : les fautes d’orthographe, les adresses mails étranges ou les demandes très pressées. Une administration ne demande pas une réponse sous 24 heures, ça n’existe pas.
En cas de doute, on n’hésite pas, tout simplement à décrocher son téléphone et appeler directement les administrations concernées. Elles pourront vous dire si oui ou non, elles vous ont envoyé le mail.
Alors il y a peut-être des gens qui nous écoutent, qui ont répondu à des mails de ce genre, qui ont envoyé leurs coordonnées bancaires. Qu’est-ce qu’il faut faire?
Immédiatement appeler sa banque. Faire opposition, regarder sur votre compte toutes les opérations frauduleuses qui ont pu être faites.
Une fois que vous avez fait ça, vous portez plainte. Et vous signalez ce contenu illicite dont vous avez été victime sur internet-signalement.gouv.fr. Là, c’est une brigade spécialisée qui va recevoir votre réclamation et qui va mener une enquête.