Quand la politique se met au jeu vidéo (et inversement)

  • A
  • A
Net d'Info est une chronique de l'émission Mediapolis
Partagez sur :

Tous les samedis dans l'émission Mediapolis, Claire Hazan revient sur l'actualité et la politique par le prisme des réseaux sociaux.

Vous êtes plutôt Super Macron Bros ou Fiscal Kombat ? A l’approche de l’élection présidentielle, le jeu vidéo devient un nouveau vecteur pour tenter d’intéresser les jeunes à la politique. Bon filon ou game-over ?

A vos manettes ! Imaginez, vous êtes le combattant Jean-Luc Mélenchon et vous devez neutraliser toutes sortes d’obstacles pour imposer une meilleure redistribution des richesses. Bienvenue dans Fiscal Kombat, le jeu vidéo que rêvent de lancer les partisans de Jean-Luc Mélenchon.

Le projet n’a pas encore vu le jour mais il indique bien la tendance. Pour séduire le jeune, pour le rabibocher avec la politique, il n’y a pas que les réseaux sociaux. Il y aussi maintenant le jeu vidéo. Et avec la présidentielle qui approche, la partie ne fait que commencer. Les hommes politiques, mais aussi les start-up en quête de notoriété, s’apprêtent à surfer sur le filon.

En décembre dernier, 10 000 personnes ont téléchargé le jeu « En marche vers l’Elysée », retiré depuis du marché. Le principe : vous êtes aux commandes du smartphone d’Emmanuel Macron et vous devez envoyer des SMS pour organiser vos déplacements, financer votre campagne ou vous faire de nouveaux amis puissants. Une sorte de « Super Macron Bros » que l’équipe de campagne du candidat a moyennement apprécié : ils n’avaient pas été consultés. Mais pour la start-up qui est derrière ce projet, c’est jackpot : elle a depuis été contactée par plusieurs candidats aux législatives. Ils ont saisi le potentiel du jeu vidéo pour véhiculer leurs idées de façon ludique, personnalisée et interactive et même collecter des données sur leurs utilisateurs. « Le programme politique dont vous êtes le héros » par exemple, c’est l’une des pistes sur lesquelles ils pourraient travailler.

Vous allez me dire stop, game-over, la politique à la sauce jeu vidéo c’est encore un pas de plus vers le n’importe quoi, vers la désacralisation de la chose politique. C’est pourquoi je vous ai épargné cette application des Pays Bas – eux votent cette semaine pour les législatives- qui permet d’adopter un député et de le nourrir tel un tamagotchi, ces animaux de compagnie virtuels qui ont fait fureur dans les années 90.

Je vais plutôt conclure sur les jeux conçus avec une véritable visée pédagogique. Le bon, la brute et le comptable, un jeu de rôle pour parler aux jeunes du problème de la corruption. Vous êtes directrice de cabinet d’un maire. Vous devez prendre des décisions, essayer de rester honnête tout en ménageant votre carrière. Pas évident, d’ailleurs moi j’ai été remerciée au niveau deux, j’ai refusé d’octroyer en douce un appel d’offre à l’ami du maire. Toutes les situations sont tirées de faits réels. A mon avis dans la prochaine mise à jour, on devrait me proposer d’embaucher mon mari comme assistant…