Saint-Malo : le plastique à base d'algues

  • A
  • A
Made in France est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Anne Le Gall nous présente chaque matin les plus belles inventions françaises.

Ce matin  on parle d'un nouveau plastique écolo, moins mauvais pour les poissons : conçu à 100% à base d'algues brunes. On parle ici de ces grosse algues un peu épaisses qu'on trouve sur les plages et dans les ports. Elles contiennent des polymère, de grosses molécules qui peuvent remplacer les dérivés du pétrole pour fabriquer des barquettes en plastiques, gobelets alimentaires, lunettes, pots a crayon, jouets etc. Tous ces objets ont déjà commencé à faire leur apparition dans les commerces grâce à la société Algopack , qui est basée à Saint-Malo.

Ce plastique se dissout-il, si on le remet dans la mer ?
Le but n'est pas de le rejeter en mer, mais si ça arrive, c'est un moindre mal car effectivement ce plastique se dégrade en 3 mois maximum quand il se retrouve dans la nature. 3 mois contre 400 ans pour une bouteille ou un sac en plastique classique, c'est donc une belle avancée technologique. Quand on sait que 500 kilos de plastique sont rejetés en mer chaque seconde dans les océans du monde, l'innovation est de taille. 

Le plastique à base d'algues ne pollue pas, mais à part cela, est-ce un plastique normal ?
Ce plastique a une couleur grise au naturel, mais on peut le colorer et il coûte un peu plus cher (de 20 à 30 % supplémentaire). Ce prix en partie rédhibitoire pourrait évoluer, car l'entreprise va passer au stade de la production industrielle cette année. Un belle victoire personnelle pour le créateur, Remi Lucas, qui a cuisiné et trituré des algues pendant 10 ans dans son garage avant de trouver la bonne formule. Aujourd'hui son savoir-faire est unique au monde.