Saint-Cloud : des phéromones pour chasser les insectes nuisibles

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Made in France est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Anicet Mbida nous présente chaque matin les plus belles inventions françaises.

Des phéromones pour remplacer les pesticides polluants

La technique consiste à utiliser des phéromones, ces substances chimiques secrétées par tous les animaux, leur permettant de se contacter, de s’attirer ou de se repousser. Pour s’accoupler notamment.

M2i Life Science a réussi à les reproduire dans son laboratoire de Lacq dans le Béarn. Elles lui permettent de faire fuir les insectes nuisibles ou de les attirer dans un piège. Du coup, plus besoin d’utiliser des poisons chimiques qui polluent les nappes phréatiques.

La technique est actuellement utilisée pour la Pyrale du Buis, une chenille qui vient d’Asie et qui a fait des ravages dans le sud-ouest cet été. Elle présente également une solution contre la chenille processionnaire du pin. Au départ, on n’en trouvait qu’autour de la méditerranée. Mais avec le réchauffement climatique, il y en a aujourd’hui jusqu’à Paris.

Cette chenille est devenue un problème écologique et sanitaire. Ecologique puisqu’elle a déjà ravagé 20% des pins français. Sanitaire : en raison de ses poils qui se détachent et provoquent des irritations graves. Aujourd’hui, deux communes sur trois seraient touchées.

Or à partir de 2017, plus aucune ville ne pourra utiliser de pesticides. Et en 2018 ce seront les particuliers. Ce genre de technologie devient donc critique.

A priori, il n’y aurait aucun risque à utiliser des phéromones de synthèse (il s’agit d’une substance naturelle recréée). Elles s’emploient d’ailleurs, en quantité infinitésimales et finissent par se volatiliser.

Autre avantage des phéromones, elles sont capables de cibler une espèce en particulier. Tout le contraire des autres insecticides, même biologiques, qui vont tuer tous les insectes environnants.

On comprend donc pourquoi ce marché progresse de 30% par an… et qu’en deux ans, nos français de M2i se sont propulsés au 3e rang mondial.