Rueil-Malmaison : Picard expérimente un magasin sans climatisation

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Made in France est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Anicet Mbida nous présente chaque matin les plus belles inventions françaises.

Picard expérimente un magasin sans climatisation

Le roi du surgelé cherche à lutter contre le réchauffement climatique. Il s’est fixé comme objectif de réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 20% d’ici 2020. Une boutique expérimentale vient d’ouvrir à Rueil-Malmaison (92) sans air conditionné.

Difficile pour un distributeur de surgelés de se passer de climatisation. Car un magasin Picard compte entre 50 et 80 congélateurs. Tous rejettent de la chaleur. Il faut donc climatiser pour refroidir l’atmosphère. Ce qui consomme beaucoup d’énergie.

Ce nouveau magasin innove avec une chambre froide alimentée par des panneaux solaires et des congélateurs fonctionnant avec une boucle d’eau froide. Le tout produit moins de chaleur. Donc, il n’y a plus besoin de climatisation.

Mais ce genre d’installation coûte cher : trois fois plus que celle d’un magasin traditionnel. Aucune généralisation n’est donc encore à l’ordre du jour.

Ces techniques rappellent l’origine de la société. A sa création en 1906, par Raymond Picard, elle s’appelait « Les glacières de Fontainebleau ». La jeune entreprise livrait alors des pains de glace qui servaient de réfrigérateur. Ce n’est qu’en 1973 qu’elle devient Picard, le distributeur de produits surgelés. Avec ces fameux plats qui font croire aux invités que l’on a passé des heures dans la cuisine.

Leur produit le plus vendu ? Les haricots verts ultra-fins et… le moelleux aux chocolat. Il s’en vend un toutes les 6 secondes. Autre incontournable, l’ail, l’oignon émincé surgelé. On murmure désormais que Picard travaille avec Air Liquide sur des salades et des fruits surgelés capables de rester frais. C’est la clé de son succès : introduire en moyenne 200 nouveautés chaque année. Résultat : Picard est aujourd’hui le numéro 1 français avec 20% du marché.