Lorient : un fil de pêche biodégradable

  • A
  • A
Made in France est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Les filets constituent une pollution pour les fonds marins lorsqu'ils sont perdus en mer. Jusqu'à ce que Seabird invente une fibre aussi résistante mais bio !

Le Made in France, Anicet Mbida bonjour ! Ce matin, une innovation qui pourrait préserver nos océans. Le premier fil de pêche totalement biodégradable.

Il est Breton, conçu par l’entreprise Seabird à Lorient. Vous savez que les filets et les lignes de pêche sont en nylon, en plastique. Donc quand ils cassent ou qu’ils sont coupés sur les chalutiers ils mettent près de 400 ans à disparaître en mer. Le fil de Seabird, lui, est en grande partie végétal. Donc il va se décomposer tout seul au bout de quelques années (rien que dans l’eau), le tout sans intoxiquer les poissons.
 
Bien, mais est-ce qu’il est aussi résistant que le nylon ?

Oui ! D’ailleurs, c’était l’enjeu. C’est pour ça qu’on a toujours eu du mal à faire un fil de pêche bio. Il était moins résistant, ne retrouvait pas sa forme, bref c’était moins pratique que le nylon. Là, après quatre ans de recherche et développement et une batterie de tests. Ça marche ! Que ce soit pour la pêche en chalutier ou à la ligne, personne n’arrive à faire la différence avec du nylon. Si… sur un point quand même : le prix. Le fil bio est deux fois plus cher que le nylon.
 
Est-ce qu’on peut imaginer, qu’à terme, ce type de fil devienne obligatoire ? La France aurait une belle carte à jouer…

C’est probable. La Commission Européenne réfléchit, par exemple, à faire payer aux marins la récupération des déchets sur les plages. Donc il y a un véritable intérêt à avoir du biodégradable. Problème. Plus personne ne fabrique de matériel de pêche en France. Pour la commercialisation, Seabird va passer par des Espagnols et des Italiens. Et ça, c’est bien dommage. Donc on espère qu’avec cette innovation, il va se redévelopper une filière "matériel de pêche bio" en France. Un jour, ça pourrait devenir la norme. Donc il y a beaucoup à gagner.

C’était l’entreprise Seabird. Qui a mis au point le premier fil de pêche biodégradable. Du Made in Lorient.