La Font-Garnier : les céréaliers se mettent à fabriquer leurs pâtes

  • A
  • A
Made in France est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Anicet Mbida nous présente chaque matin les plus belles inventions françaises.

Ce matin, une nouvelle tendance dans le monde agricole, transformer soi-même ce que l’on cultive ou que l’on élève.

Les producteurs de lait qui font du fromage, ceux de fruits qui font des jus et maintenant, des producteurs de céréales qui se mettent à faire des pâtes.

C’est un jeune couple de céréaliers qui est à l’origine du mouvement. Ils sont installés à Barbezieux-Saint-Hilaire et plutôt que de rester tributaire des cours du marché, d’un négociant ou d’une coopérative, ils prennent leur destin en main. Ils se réservent une partie de la production de blé, et en font des penne, des tagliatelles ou encore des lasagnes.

Pourquoi des pâtes et pas de la farine ?

L’objectif est de recréer un contact avec le consommateur. Il faut donc un produit capable de faire la différence et dont on va se souvenir, ce qui est quand même plus facile avec des pâtes qu’avec de la farine.

En plus, on ne peut pas prendre n’importe quel blé pour faire des pâtes. Il y a des terroirs, des goûts différents et c’est ce qui fidélise une clientèle.

Ça oblige quand même à changer de métier.

Ou plutôt à se diversifier. Bien sûr, ils ont dû créer une marque, un packaging et une mini-usine de pâtes. Mais aujourd’hui, leurs revenus sont mieux répartis et ils seront mieux armés en cas de crise.

D’ailleurs, ils font des émules puisque trois autres céréaliers se préparent à se lancer dans les pâtes.

Mais le pionnier, c’était le céréalier La Font-Garnier avec ses pâtes made in Charente.