Grenoble : il n’embauche que des chômeurs sans qualification

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Made in France est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Anicet Mbida nous présente chaque matin les plus belles inventions françaises.

Grenoble : il n’embauche que des chômeurs sans qualification

En général, pour avoir des chances d’être recruté, il faut être bardé de diplômes, avoir beaucoup d’expérience ou faire exactement le même travail ailleurs. Pas chez Alyl Sécurité, une PME spécialisée dans la sécurité incendie à Grenoble (Isère).

Chez eux, pas besoin d’avoir Bac+12 et 5 ans d’expérience. 10% des revenus sont consacrés à la formation des nouvelles recrues. Alors que la plupart des entreprises se contentent du budget formation professionnelle (moins de 3% de la masse salariale).

James Faricelli, le patron, a également pris l’habitude de demander l’avis des futurs collèges avant de valider une embauche. Il les estime parfois plus compétents que lui pour décider.

Mais surtout, il met un point d’honneur à ne pas recruter une personne déjà salariée ailleurs. Avec quatre millions de chômeurs, on s’étonne que ce principe ne prévale pas davantage.

Alyl Sécurité n’a pourtant rien d’une entreprise d’insertion. Elle ne reçoit aucune aide de l’état. Il s’agit d’une entreprise privée, commerciale, donc elle se doit d’être rentable. Ce qui ne l’empêche pas d’avoir une responsabilité sociale.

D’autant que le modèle a fait ses preuves : la société compte aujourd’hui 15 CDI hyper motivés. Son chiffre d’affaires a triplé en trois ans et devrait atteindre le million d’euros cette année.

En attendant d’être copiée, l’entreprise se prépare à dupliquer elle-même son modèle. Jusqu’ici cantonnée à Grenoble et sa région, elle vient d’obtenir un financement de 1 million d’euros pour s’étendre à d’autres départements. Objectif : ouvrir une agence tous les 3 mois et donc embaucher 130 techniciens, commerciaux, administratifs d’ici 2018.

Imaginez des dizaines d’Alyl Sécuritédans chaque département. Il y aurait de quoi inverser la courbe du chômage.