Colmar : Pierre Hermé nommé meilleur pâtissier du monde

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Made in France est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Anicet Mbida nous présente chaque matin les plus belles inventions françaises.

Une fierté nationale. Le pâtissier Pierre Hermé arrive en tête du célèbre classement World’s 50 Best Restaurants, un jury composé de grands chefs et de critiques gastronomiques du monde entier. En général, leur verdict crée la polémique. Mais cette fois, le Français a fait l’unanimité.

Il y a encore 20 ans, on reconnaissait et on ne décorait que des chefs cuisiniers. Puis Pierre Hermé est arrivé avec ses gâteaux design et ses macarons aux parfums improbables : huile d’olive ; chocolat-fruit de la passion ; framboise-rose-litchi. Grâce à Pierre Hermé, la pâtisserie est sortie des cuisines. Elle est devenue un art.

Comme souvent, l’idée est venue d’une rencontre. Après avoir fait ses classes chez Lenôtre, Fauchon et Ladurée. L’homme avait envie de monter sa propre affaire. Il fait alors la connaissance de Charles Znaty, un champion du marketing et du design. Ensemble, ils décident de ne pas ouvrir une pâtisserie, mais créer une marque de luxe, comme dans l’épicerie fine ou la chocolaterie. Donc ils s’inspirent de la mode. Parlent de collections, de saisons quand les autres ont une banale carte avec des produits. Une stratégie qui parait évidente aujourd’hui, mais totalement novatrice en 1997. Vingt ans après, sa réussite est mondiale avec l’ouverture de 48 boutiques dans 12 pays.

Pierre Hermé est né en novembre 1961 à Colmar dans le Haut-Rhin. A 54 ans, il a déjà 40 ans de carrière. Son père et son grand-père étaient déjà boulangers-pâtissiers. On peut donc dire qu’il a la pâtisserie dans ses gênes. Pour la petite histoire, au départ, il n’aimait pas les macarons. Il les trouvait trop sucrés. C’est peut-être la raison pour laquelle il a tout de suite cherché de nouvelles saveurs. Aujourd’hui, il a sa statue au musée Grévin, une Légion d’honneur et son nom dans le dictionnaire. Mais sa principale fierté reste d’avoir rendu ses lettres de noblesse à la pâtisserie.

Si on ne décourage plus les jeunes de devenir pâtissier, c’est beaucoup grâce à lui.