Vincent Callebaut : "Une ville inspirée des romans de Jules Verne"

  • A
  • A
L'interview découverte est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Vincent Callebaut, architecte et auteur du projet Lilypad est l'invité de Caroline Roux ce vendredi pour parler de l'accueil des migrants climatiques.

Quelles solutions concrètes pour accueillir les futurs migrants climatiques ?

Vincent Callebaut, architecte "visionnaire", travaille actuellement sur les conséquences de la montée des eaux sur la population, et cherche des solutions concrètes pour accueillir les réfugiés climatiques, qui seront plus ou moins 250 millions en 2050.

Lilypad, un nénuphar habitable : Lilypad est une ville sur l'eau, autosuffisante. Elle propose une solution pour abriter les réfugiés environnementaux, qui seront dans des temps à venir victimes de la montée des eaux ou de la salinisation des terrains agricoles. Pour concevoir cette ingénieuse cité, on s'est inspiré de ... la nature. En effet, Vincent Callebaut déclare avoir cherché quelle était dans l'espèce vivante, la plante qui proposait la meilleure structure flottante au monde, et être tombé sur le nénuphar géant. Le nénuphar est intéressant de par sa structure concentrique et radiale, qui permet d'avoir une grande plateforme flottante, qui peut épouser les mouvements marins. On peut se demander, à juste titre, si une telle structure pourra accueillir ce que l'on trouve communément dans une ville, à savoir les centres d'affaires, stades et autres logements. La réponse est oui. Etant une ville amphibienne, elle accueillera des constructions à la surface de l'eau, mais aussi au dessous de la surface de l'eau. Elle s'organisera autour de trois montagnes de logements, de bureaux et de loisirs bâtis autour d'un lagon central qui recevra les eaux de pluie, filtrées par des balcons potagers.

Une ville  non seulement autosuffisante, mais à énergie positive. Lilypad peut produire plus d'énergie qu'elle n'en consomme, que cette énergie soit électrique, calorifique, ou même alimentaire, étant donné qu'elle vient produire par l'agriculture biologique toute l’alimentation dont les habitant nomades auront besoin. Oui, vous avez bien lu "habitants nomades". En effet, cette ville, vouée au nomadisme en mer, pourrait être déplacée en off shore de nos littoraux jusque dans les eaux internationales. Pour ce faire, le monde politique aura à inventer des nouveaux statuts destinés migrants environnementaux qui seront déplacés d'un continent à l'autre, au fil du temps. Tout cela laisse rêveur. Serions-nous dans l'utopie ? Quand on lui pose cette question, l'architecte répond qu'imaginer permet d'innover, et que se faire rebattre les oreilles avec le mot "crise" est au contraire extrêmement paralysant, et anxiogène. Chose rassurante, Vincent Callebaut n'en est pas à son coup d'essai. Plusieurs de ses constructions on déjà vu le jour. Actuellement (depuis 2010), il construit avec ses équipes une tour de 50 000 m 2 au cœur de Tai Pei, tour du "futur", qui intègre toutes les règles du bio-climatisme, toutes les énergies renouvelables, et  sera plantée de plus de 25 000 arbres. Une construction innovante, qui prouve que dès aujourd'hui on peut vraiment mettre en oeuvre la transition énergétique vers une croissance verte.

Et la France, dans tout ça ?

La France est plongée dans un hyper conservatisme, et est rattrapée en ce moment même par les pays émergents, en terme d'innovation. Il y a du boulot !

Invité(s) : Vincent Callebaut, architecte, auteur du projet Lilypad : une île pour accueillir les migrants climatiques