Affaire Fillon : la situation empire

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito politique d'Yves Thréard est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

La justice soupçonne le candidat des Républicains d’escroquerie aggravée et de faux et usage de faux. 

Fillon envers et contre tout

Incroyable, inimaginable, surréaliste : il n’y a pas de mots assez forts pour décrire la situation du candidat de la droite. Depuis fin janvier, pas une semaine ne passe sans qu’une nouvelle affaire colle aux basques de Fillon. Les emplois fictifs de son épouse, ceux de deux de ses enfants, sa fille qui lui rembourse son mariage, ses costumes à prix forts offerts par un ami, les activités obscures de sa société 2F Conseil en Russie. 

Et maintenant, la justice le soupçonne d’escroquerie aggravée et de faux et usage de faux. Les juges d’instruction se demandent si les documents signés par Fillon et son épouse ne sont pas des faux établis après coup, pour justifier le travail de son épouse ! Du jamais-vu dans une présidentielle. Il faut avoir une sacrée résistance, le cœur bien accroché pour faire campagne dans un pareil torrent de boue.

Fillon et la droite sont déjà battus ?

Pour Fillon, c'est mission quasi impossible. Il est à 17 % dans les sondages, ce qui fait l'os de l'électorat de droite, moins que Chirac en 1995 et 2002, qui était déjà très bas. Sauf à écraser ses adversaires dans les deux débats du 4 et 20 avril, sauf à ce qu'une énorme tuile tombe sur Macron ou Le Pen, il ne peut plus guère espérer. Ce n'est pas la présence des Balkany dans ses meetings, comme hier soir à Courbevoie, qui va améliorer son image.

Quant à la droite, pour elle, c'est sauve qui peut. Plus question de changer de candidat, elle met maintenant le cap sur les législatives. Chacun compte sur son équation personnelle pour se faire élire ou réélire. Elle peut sauver les meubles car ni Macron ni Le Pen ne peut compter sur une majorité solide. Chez Macron , en cas de victoire, on redoute même une cohabitation avec la droite, c'est dire.

Ce serait inédit sous la Ve, un président obligé de cohabiter dès son élection ?

Certes, mais on voit bien que tout est possible dans cette folle présidentielle. Rien n'est encore écrit.