Mélenchon, le maillot jaune de l’opposition

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito politique de 6h20 est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

Jean-Luc Mélenchon et ses amis de la France insoumise ne sont que 18 dans l'hémicycle mais ils font du bruit comme cent.

Après le discours d'Emmanuel Macron devant le Congrès et la déclaration de politique générale du Premier ministre à l'Assemblée nationale, c'était hier autour des ministres de connaître leur baptême du feu hier lors de la première séance de question d'actualité. L'occasion de voir un peu plus l'opposition -ou plutôt les oppositions- se déployer face à la majorité. Alors Bruno, quelles impressions ? 

Du classique et une première séance plutôt disciplinée. Loin des empoignades et vociférations qui avaient marquées la mandature précédente. Les députés ont sans doute entendu leurs électeurs demander un peu plus de tenue. Maintenant, attendons les prochaines séances et surtout la rentrée pour voir monter la température. La démocratie, ce n'est pas et, ça ne doit pas être le monde de oui-oui. Mais, hier, disons qu'il n'y a pas eu de crash spectaculaire chez les ministres débutants. Juste un beau lapsus du Premier ministre qui a pris trop la confiance au point de se prendre pour le président. Magnifique ! Un bon moment de rigolade signé du décontracté Edouard Philippe. Plus sérieusement, répondant à Damien Abad, son ancien compagnon des Républicains, le Premier ministre a expliqué qu'il n'y avait pas une opposition mais plusieurs oppositions. Et ça d'évidence, ça fait plutôt ses affaires.

Sur le papier, c'est le groupe Les Républicains le plus important et de loin.

Oui. Les Républicains "canal historique" sont une petit centaine mais on l'a vu lors du vote de confiance. Ils se sont divisés entre ceux qui se sont abstenus, les trois quarts et ceux qui ont voté contre. La droite a pour l'instant bien du mal à s'opposer et à se faire entendre. Logique après la débâcle du printemps. Du coup, le maillot jaune de l'opposition c'est Jean-Luc Mélenchon et ses amis de la France insoumise. Ils ne sont que 18 dans l'hémicycle mais ils font du bruit comme cent. On les a vu lundi boycotter à tort le Congrès mais faire un happening place de la République. Résultats : les télés ont passé en boucle les images. Mélenchon est presqu'aussi fort en com' que Macron pas mécontent d'avoir les extrêmes comme principal adversaire. 

Mélenchon, meilleur opposant vraiment ? 

C'est ce que dit un sondage Odoxa pour BFMTV. La France insoumise incarnerait le mieux l'opposition pour un tiers des Français devant le Front national et loin derrière Les Républicains. L'opposition spectacle porte ses fruits pour l'instant. Privé de second tour à la présidentielle, Mélenchon a définitivement pris l'ascendant sur le PS réduit à la portion congrue et surtout dépourvu de leader audible. Quant à Marine Le Pen, elle mesure déjà la difficulté d'exiter dans une Assemblée où elle ne dispose pas assez d'élus pour former un groupe et donc prendre la parole dans l'Hémicycle à sa guise. On l'a vu lors du discours de politique générale où elle a dû se contenter d'une minuscule prises de parole salle des quatre colonnes pour les télés. Au même moment Mélenchon pouvait faire son show et brocarder Macron et Philippe tandis que ses troupes brandissaient des codes du travail dans un happening dont ils ont le secret. Une opposition spectacle qui pourrait à terme lasser. Il donne en tous les cas une leçon d'opposition à la droite: l'opposition existe si elle s'oppose. Sinon, elle disparaît ou se marginalise.