Le boom de la publicité sur Internet

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le zoom éco est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

C'est une première dans le monde de la publicité : la publicité sur Internet a dépassé la publicité à la télévision. Avec des conséquences sur l'avenir de la télévision.

 

Bonne nouvelle : la pub repart en France. + 7 % à 3,5 milliards d'euros en 2016. Mais, mauvaise nouvelle : elle ne repart pas pour tout le monde ! On a franchi un cap l'an dernier. Selon les chiffres du cabinet PWC, la pub sur Internet a représenté 30 % du marché, devant la télé à 28 %.

Et si on regarde sur Internet, qui récupère cet argent ? 

C'est très simple, deux entreprises raflent la quasi totalité de la mise : Google et Facebook captent 86 % de la croissance. C'est totalement nouveau. C'est la première fois que l'argent de la pub ne finance plus la presse, les médias mais, tombe dans des poches de géants américains. Preuve de cette puissance, Google a publié cette nuit ses résultats. Des bénéfices en hausse de 23 % à près de 20 milliards de dollars. Avec 6 semaines de profits, Google pourrait racheter TF1 ! En Bourse, Facebook vaut 170 fois plus que TF1 ou M6 !

Qu'est ce qui va se passer ? Facebook ou Google vont racheter nos chaines de télé ?

Non, mais, en revanche, l'appauvrissement des médias qui n'ont plus l'argent de la pub va forécment avoir un impact sur les contenus, les programmes. Aujourd'hui, qu'est ce qui coûte très cher aux chaines de télé et que les géants d'Internet n'ont pas ? Le foot. Et il ne faut pas se leurrer. Si TF1, Canal+ ou M6 ont moins d'argent, la ligue de foot ne va pas tarder à se tourner vers ceux qui regorgent d'argent, les géants du web.

Vous êtes en train de dire que demain, on pourrait regarder des matchs de foot sur Facebook ?

Et pourquoi pas ? Aujourd'hui, on regarde du cinéma sur Amazon ou Netflix qui finance de très bonne série (House of Cards). On peut très bien imaginer que demain les géants du web, y compris Facebook, s'offre les droits sportifs, de la Ligue des Champions ou des Jeux Olympiques. Donc, tout cela nous interroge sur l'avenir de nos chaines de télé avec à la clé des problèmes de diversité, d'écosystème... En France, les chaines de télé financent par exemple le cinéma. Mais, c'est compliqué de s'attaquer à la toute puissance de Facebook ou Google, qui sont deux services très populaire (auprès des utilisateurs), vus qu'ils sont entièrement gratuits.