Où se trouve le quartier le plus pauvre de France ?

  • A
  • A
Le vrai-faux de l'info est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Jean-Luc Mélenchon affirme que c'est à Marseille que se trouve le quartier le plus pauvre de France.

Le Vrai-Faux de l’info avec la France populaire de Jean-Luc Mélenchon.

Le candidat de La France Insoumise se présente à Marseille pour les législatives, car c’est la ville qui a le plus à dire au Pays, selon lui. La 4e circonscription des Bouches-du-Rhône, où il se présente, l’avait porté en tête au premier tour de la présidentielle (39%).

Jean-Luc Mélenchon : “Nous avons ici le quartier le plus pauvre de toute la France”.

C’est à Marseille que se trouve le quartier le plus pauvre de toute la France, c’est vrai ou c’est faux ?

C’est faux, même si le troisième arrondissement de Marseille est bien, selon l’Insee, l’arrondissement ou la commune d’ailleurs, le plus pauvre de France. Ce n’est plus le cas si l’on raisonne par quartiers, ce que permettent de faire les découpages plus fin, réalisés dans le cadre des politiques de la ville. Ces 1.300 quartiers prioritaires qui ont été définis il y a trois ans pour travailler sur les poches de pauvreté. Celui qui englobe une partie de ce troisième arrondissement se place en 176e position au niveau national. 51% de ses 45.000 habitants vivent sous le seuil de pauvreté. C’est énorme, mais on est loin des 84% qu’affiche le quartier de la Résidence Sociale Nicéa, à Nice. C’est le plus pauvre de France, ou des 70% de certains quartiers de Nîmes, de Carpentras, de Maubeuge ou même de Besançon dans le Doubs. Le quartier de la Grette est l’un des dix plus pauvres même s’il faut relativiser, ces territoires ont des densités de population très diverses et ces taux ne reflètent pas les nombres.

Est-ce qu’il y a quand même une carte et des points communs dans ces quartiers pauvres ?

Oui, les regarder permet de corriger certaines idées reçues. Par exemple, la pauvreté n’est pas concentrée en région parisienne, plus de la moitié des quartiers les plus pauvres sont dans le Sud. Le Nord et l’Est sont touchés. Ce sont rarement des ghettos, simplement des endroits où les gens ont très peu de ressources. Le Compas, qui est un groupe de chercheurs qui se spécialise dans l’observation des territoires, a affiné les données de l’Insee. Il distingue trois grandes régions aux problématiques différentes ; l’Est et le Nord frappés par la désindustrialisation où beaucoup de familles sont pauvres, les territoires ruraux et le Sud, Nice, Cannes où les personnes âgées sont surreprésentées, et enfin les métropoles comme Marseille, Lille, Montpellier où la part des jeunes ménages, des familles monoparentales est particulièrement élevées. Les points communs sont le chômage endémique, de faibles qualifications et une forte immigration. Un manque criant d’infrastructures et de logements sociaux parfois, c’est le cas à Marseille où la moitié seulement des plus pauvres du troisième arrondissement vivent en HLM. Une précision enfin qui est importante, seulement deux millions de pauvres vivent dans ces quartiers identifiés comme prioritaires. C’est donc seulement un quart de l’ensemble des Français qui vivent sous le seuil de pauvreté. Pour définir des zones, il faudrait quasiment travailler par rues ou par immeubles. Et Paris en est le meilleur exemple, plus de 70% de pauvres dans un quartier du 13e, trois immeubles plus loin, ce sera 10%.