Monnaie unique et fichés S : le Vrai faux du débat de l'entre-deux tours

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le vrai-faux de l'info est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Géraldine Woessner fait le point sur la véracité des déclarations d'Emmanuel Macron et de Marine Le Pen lors du débat de l'entre-deux tours qui a eu lieu ce mercredi soir.

Le Vrai-faux de l’Info pour ce débat d’entre-deux tours, dans lequel on a vu voler les approximations.

La brutalité des échanges, l’enjeu surtout de ce débat a poussé les candidat à forcer le trait. Mensonges, approximations et contresens, sur L’Euro, dont elle veut sortir, et en même temps, non, Marine Le Pen s’est un peu embrouillée.

Marine Le Pen : "De 1993 à 2002, toutes les grandes entreprises pouvaient payer effectivement en euros. ce système a parfaitement fonctionné (…) et honnêtement c’était plutôt performant".

De 1993 à 2002, donc avant la monnaie unique, les grandes entreprises pouvaient payer en euros, c’est vrai ou c’est faux ?

Non, l’Euro n’a été introduit, sous sa forme immatérielle qu’en 1999. En fait Marine le Pen parle de l’Écu, cette monnaie virtuelle, une unité de compte en fait, mise en place pour permettre aux États et aux banques centrales, d’échanger dans une valeur qui était ajustée en fonction du poids économique de chacun. L’usage privé de l’Écu était, en effet, possible. Des comptes en Écu ont été ouverts dans des banques commerciales, mais les opérations qui étaient possibles sont restées tout à fait marginales, 1% seulement des échanges intra-communautaires ont été payés en Écu. Tout simplement parce que les coûts étaient élevés. Les banques prélevaient de lourdes commissions, justement parce qu’il y avait peu d’échanges. Ça n’a tout simplement jamais pris. D’ailleurs, si on devait revenir à ce système, il faut être conscient d’une chose : si une monnaie commune subsiste, même virtuelle, les règles communes, d’endettement et de déficit subsisteront aussi. Il n’y a pas de raisons que les autres acceptent d’être complaisants s’ils doivent payer des droits de douanes. Deux monnaies, ce serait un avantage, il ne viendrait pas sans contreparties.

Autre thème et autre ligne de fracture, longuement abordé pendant ce débat : le terrorisme.

Point fort de Marine Le Pen, qui prétend juger et condamner tous les Fichés S, ces personnes qui sont sous le radar des renseignements. Emmanuel Macron s’est voulu didactique :

Emmanuel Macron : "Je rappelle qu’il n’y a qu’un quart des terroristes depuis 2012, depuis le début des attentats, un quart étaient fichés S".

Et il s’est trompé. Depuis 2012 et Mohamed Merah, 27 terroristes ont frappé la France. 12 d’entre eux étaient fichés S, donc près de la moitié, et 12 autres étaient connus des services de police, soupçonnés de radicalisation. Quand ont dit "connus", c’est réellement. 17 d’entre eux avaient déjà un casier judiciaire ou fait de la prison. Donc en réalité, seuls trois terroristes sur 27, avaient vraiment échappé aux radars et sont sortis de nulle part. Ce qui donne du poids aux arguments de Marine Le Pen qui veut des condamnations plus systématiques, plus lourdes et des expulsions pour les étrangers. Sept étaient dans ce cas, étrangers ou bi-nationaux. Monsieur Macron lui, plaide pour un renforcement des services de renseignements, et rappelle qu’une fiche S ce n’est qu’un soupçon. Et il a raison, cela n’est pas une base suffisante pour une condamnation.