L’intégralité des soins est-elle prise en charge pour les étrangers, mieux que pour les Français ?

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le vrai-faux de l'info est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Marine Le Pen affirme que l’intégralité des soins est prise en charge pour les étrangers, mieux que pour les Français.

Le Vrai Faux de l’info avec le combat de Marine Le Pen contre l’Aide Médicale d’État.

Cette couverture maladie dont bénéficient les clandestins en France et qui reste un symbole pour le Front National, des dérives de l’accueil des étrangers. Marine Le Pen veut la supprimer, car, dit-elle :

Marine Le Pen : "L’intégralité des soins est prise en charge pour les clandestins, ce qui n'est pas le cas pour les Français, ce qui n'est même pas le cas pour les Français qui cotisent".

L’intégralité des soins est prise en charge pour les étrangers, mieux que pour les Français, c’est vrai ou c’est faux ?

C’est vrai sur le papier avec quelques restrictions. Les cures thermales ou les aides a la procréation ne leur sont pas remboursées, pas non plus, depuis 2015, les médicaments considérés comme peu efficaces avec les étiquettes oranges. Mais globalement oui, les sans-papiers ont droit à l’AME s’ils sont présents depuis trois mois sur le territoire et s’ils gagnent moins de 720 euros. Dans ce cas oui, leur couverture sera de 100% contre 75% pour la majorité des français, ceux qui ne bénéficient pas de la CMU. Cela dit, et c’est essentiel si l’on veut comprendre quels sont vraiment les droits des clandestins, ils ne sont remboursés qu’au tarif sécu. Donc prenons un exemple, pour une couronne dentaire à 330 euros (la moins chère), la sécu ne rembourse que 75 euros. Le reste, le clandestin devra le payer de sa poche. Pareil pour les lunettes ou les prothèses auditives. Donc en clair, on va soigner son abcès mais pas lui poser un bridge. Or ce sont ces soins qui sont mal remboursés pour l’ensemble des Français. Les clandestins, de fait, n’y ont jamais accès.

Pourtant, le coût de l’AME explose, on devrait dépasser le milliard d’euros cette année ?

C’est vrai qu’on est passé de 70.000 bénéficiaires à sa création, en 2000, à 316.000 l’an dernier. Fatalement, la dépense a suivi. Mais il faut regarder la structure de cette dépense. Les Fraudes ? 115 exactement, en 2015, selon un rapport de septembre. 30% des dépenses seulement partent en soin de ville, c’est à dire pour des maladies classiques. Mais 70% ont lieu à l’hôpital, c’est à dire que ces étrangers souffrent de problèmes sérieux, ce qui réduit les sources d’économie. Car personne ne parle, pas même Marine le Pen, de ne pas soigner ceux dont la vie en dépend ou qui présentent un risque épidémique. C’est ce que font tous les pays, y compris ceux qui n’ont pas d’AME. Le coût, au Royaume-Uni est de 400 millions d’euros. On comprend donc que la suppression de cette aide peut se concevoir, symboliquement, mais elle ne fera pas d’énormes économies. En fait ce qui coûte cher, et c’est contre-intuitif, c’est cette restriction, cette obligation de présence de trois mois sur le territoire, avant d’y être éligible. Un médecin citait cet exemple hier : une jeune irakienne est arrivée, enceinte dans son service, avec une maladie de sang, ils n’ont pas pu la mettre sous traitement, elle vient d’arriver en France. Les complications sont venues très vite, elle va rester hospitalisée à 1.000 euros par jour, jusqu’à l’accouchement.