Les migrants en Allemagne se sont-ils mis au boulot aussitôt ?

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le vrai-faux de l'info est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Jean-Luc Mélenchon affirme qu'en Allemagne, les migrants se sont mis au boulot aussitôt.

Vrai-Faux : l’Allemagne face au défi de l’intégration des migrants.

Le leader de la France Insoumise s’inquiète du durcissement observé à travers l’Europe contre les migrants. Les Allemands à leur tour, réclament plus d’expulsions, plaçant la chancelière Angela Merkel dans une situation difficile. Jean-Luc Mélenchon dénonce une forme d’hypocrisie. 

"L’immigration syrienne, elle a fait une bonne affaire. Les gens qui arrivaient ce sont des gens formés, ce sont des médecins, des ingénieurs et le reste ! Pour les Allemands qui sont une population vieillissante, c’est une affaire en or cette immigration. Il faudrait peut-être arrêter de raconter des salades sur les gens qui arrivent. Ils se sont mis au boulot aussitôt".

Les migrants en Allemagne se sont mis au boulot aussitôt. Vrai ou Faux ?

C’est faux, et c’est même l’inverse qu’on observe. Jean-Luc Mélenchon entretient un mythe : on peut le vérifier car l’Allemagne, contrairement à la France, s’informe du niveau de qualification des personnes qu’elle accueille. La statistique est imparfaite (seuls trois quarts des demandeurs d’asile décrivent leurs compétences, et on ne vérifie pas la réalité de ce qu’ils disent), mais éclairante : Sur les 1,3 million de demandeurs d’asile enregistrés en Allemagne depuis 2015, seuls 17% déclarent avoir fréquenté un établissement d’enseignement supérieur (donc moins d’un sur cinq), et la majorité, en réalité, n’a pas dépassé le collège. Les médecins, les ingénieurs, sont très minoritaires, moins de 2% du total. Les migrants syriens, souvent plus diplômés, c’est vrai, ne trouvent pas davantage de travail : selon les derniers chiffres des autorités allemandes, 69.300 Syriens occupent un vrai travail en Allemagne (soumis à cotisations),donc un syrien sur 7. 85% d’entre eux, pour vivre, dépendent de l’aide sociale. Et c’est la réalité que découvrent les Allemands : l’intégration est particulièrement difficile pour les réfugiés, en dépit des programmes de formation, des aides mises en place. Seuls 150.000 réfugiés originaires des huit principaux pays producteurs d’asile ont trouvé un emploi stable depuis 2015. Cela ne veut pas dire que les réfugiés ne travaillent pas : 20%  environ travaillent en intérim, dans la restauration, le nettoyage. Mais ce sont de petits jobs, sous-payés, sans avenir. Jean-Luc Mélenchon a raison de souligner qu’un nombre croissant d’entreprises allemandes en profitent, mais ils sont loin de répondre à la pénurie de main d’œuvre.

Pourtant l’Allemagne manque de travailleurs. 

1,6 million d'emplois ne trouvent pas preneurs aujourd’hui outre-Rhin, mais les réfugiés n’y correspondent pas. Il y a la barrière de la langue, des qualifications bien sûr, mais cela va plus loin. Par exemple, 1,5% des réfugiés en Allemagne, ont une formation médicale. Mais pour travailler outre-Rhin, il faut repasser des diplômes, c’est très long. Un mécanicien qui travaillait dans l'automobile en Irak, par exemple, ne connaît rien, à la mécatronique, or c'est de cela dont l'industrie allemande a besoin. Même dans la construction, les niveaux d’exigence, les pratiques, sont sans comparaison. Résultat les réfugiés doivent tout reprendre à zéro (cours de langue, puis de mathématique, puis de physique, etc…), avant même d’accéder à la formation. Si l’Allemagne manque d’apprentis, seuls 13 000 réfugiés ont achevé un parcours en alternance ces deux dernières années, et il n’y a cette année que 28.000 inscrits. C’est peu, et cela montre à quel point le défi est énorme, pour l’Allemagne, qui prévoit de consacrer 13 milliards d’euros à des cours de langues et des formations pour les migrants d’ici 2022.