Le glyphosate est-il dangereux pour la santé des agriculteurs ?

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le vrai-faux de l'info est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Yannick Jadot affirme que le glyphosate est dangereux pour la santé des agriculteurs.

Le Vrai-Faux, avec géraldine Woessner, et le glyphosate… nouvel ennemi public.

Les politiques crient au scandale après la décision de l’Europe de renouveler pour 5 ans, l’autorisation de l’herbicide…  Emmanuel Macron promet une sortie plus rapide, dans 3 ans… Aux scientifiques de se débrouiller… Les agriculteurs n’ont plus le choix, selon le député Yannick Jadot : c’est presque, une question de survie.

“Il y a nécessité absolue d’en sortir. C’est bon pour eux, pour leur santé. C’est pour notre santé à tous.”

Le glyphosate est dangereux pour la santé des agriculteurs. Vrai ou faux ?

C’est le problème de ce débat, patrick : non, la dangerosité du glyphosate pour les agriculteurs, n’est pas établie… elle ne l,est pas non plus, d’ailleurs, pour le reste de la population… C’est pour cela que le sujet est à ce point électrique.  Car il faut distinguer les test de toxicologie conduits, in vitro ou sur des rongeurs soumis à de fortes doses, des études épidémiologiques menées sur des populations… pour évaluer le risque en cas d’exposition, à des doses réalistes.

Et si en laboratoire, des tests ont montré ce risque accru de survenance de tumeurs chez les rongeurs… Ce n'est pas le cas chez les agriculteurs...  La dernière publié, en novembre, dédouane plutôt le glyphosate ; elle est indépendante et, a été conduite pendant 20 ans aux états-unis auprès d’une grande cohorte, 54 000 agriculteurs... Elle montre qu'ils ont beaucoup moins de cancer que le reste de la population… parce qu’ils ont une vie saine, fument moins… Et aucun risque supplémentaire n,a été détecté chez ceux en contact régulier avec le glyphosate… Un seul type de cancer soulève des doutes, sur 22 étudiés, mais l,alerte est faible, et on ne sait pas dire si elle serait liée à l'herbicide, à l’un de ses adjuvants, ou à d,autres facteurs.

Donc on peut discuter la méthodologie; d'autres études sont attendues, menées dans des pays où on ne manipule pas le produit de la même façon, mais ces résultats recoupent finalement ceux observés en France auprès d’une autre cohorte, de 180 000 agriculteurs, suivis depuis plus de 10 ans… ses premiers résultats montrent une espérance de vie plus élevée… une prévalance de certains cancers, de la prostate, de la peau… qui peut aussi être liée au soleil, ou à d'autres produits.

Est-ce les résultats de cette étude américaine ont pesé dans la décision de l’Europe ?

Evidemment. Car les politiques… sont pris en éteau. L'opinion exige qu’on applique le principe de précaution, elle met en doute leur intégrité, légitimement, …les recherches publiques et de l'industrie sont beaucoup trop imbriquées.... Mais les agriculteurs craignent de ne pas pouvoir produire au même rendement sans glyphosate… Ils connaissent le produit qui est dans le domaine public, donc peu cher… Et par quoi le remplacer, le sujet reste entier… Repenser des méthodes d’agriculture, ça prend du temps… et surtout les alternatives bio ne sont pas, forcément moins toxiques…  il faudra les tester, avec la même rigueur, qu’on a testé le glyphosate… on l'espère cette fois : avec des moyens propres, indépendants, pas ceux de l'industrie.