La pauvreté est-elle plus importante en France qu'en Allemagne ?

  • A
  • A
Le vrai-faux de l'info est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

François Fillon affirme que la pauvreté est plus importante en France qu’en Allemagne.

Géraldine Woessner pour le Vrai faux de l'info

Le vrai-faux de l’info, avec cette idée reçue de François Fillon.

L’ancien premier ministre, défend le programme le plus libéral des candidats à la primaire de la droite et du centre. Il veut libérer le marché du Travail pour parvenir au plein emploi, et il a un modèle : l’Allemagne.

François Fillon : "La pauvreté est beaucoup moins importante en Allemagne aujourd'hui qu'en France. C'est une évidence".

La pauvreté est beaucoup moins importante en Allemagne qu’en France, c’est vrai ou c’est faux ?

C’est faux. François Fillon a cette perception, comme beaucoup de gens d’ailleurs, parce que l’Allemagne va bien et que c’est une locomotive économique, proche du plein emploi. Pourtant, il n’y a jamais eu autant de pauvres dans le pays depuis la réunification. 13 millions d’allemands vivent sous le seuil de pauvreté soit 15,7% de la population. En proportion donc, c’est plus qu’en France, où l’on recense quelque neuf millions de pauvres soit 14,1% de la population.
Évidemment, ces données sont relatives. On appelle "pauvre" ici, les gens qui gagnent moins de 60% du revenu médian, c’est 1.000 euros en France et 940 en Allemagne. C’est un seuil contestable, si les revenus augmentent, le seuil de pauvreté aussi automatiquement, mais il permet au moins les comparaisons.

Comment expliquer justement que l’Allemagne, avec des indicateurs au vert, voit la pauvreté augmenter ?

Certaines réformes se sont faites dans la douleur. Il y a moins de chômeurs et les salaires ont globalement augmenté pour les personnes en poste, celles déjà insérées mais pour les autres, c’est très dur, le travail précaire a explosé. De plus en plus de petits boulots sont payés une misère et l’instauration très récemment d’un salaire minimum à 8,50 euros de l’heure ne va pas changer grand-chose. Les mères célibataires par exemple resteront en-dessous du seuil de pauvreté. Résultat, l’écart se creuse de plus en plus entre les Allemands les plus riches et les plus pauvres, comme dans tout le monde occidental. Sauf que les filets sociaux ont été distendus, la réforme des retraites en 2005 a entraîné une baisse du niveau des pensions et 3,4 millions de retraités allemands vivent désormais sous le seuil de pauvreté soit c’est 17% du total. En France, c’est "seulement" 8%.

Donc non, la situation outre-Rhin, n’est pas rose et oui, des Allemands dorment aussi dans la rue. Ce que François Fillon minimisait un peu plus tôt dans l’Interview : L’Allemagne compte aujourd’hui 330.000 sans-abris pour 80 millions d’Habitants, c’est en proportion, 90% de plus qu’en France.