La loi Macron sur l’ouverture dominicale n’a-t-elle eu qu’un faible impact ?

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le vrai-faux de l'info est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Valérie Pécresse affirme que la loi Macron sur l’ouverture dominicale n’a eu qu’un faible impact.

Le Vrai Faux de l’info avec le lendemain de vote offensif de Valérie Pécresse.

La présidente du conseil régional d’Île de France a voté macron, certes, mais elle refuse que son parti s’efface pour lui laisser le champ libre. Les Républicains ont une carte à jouer aux législatives,une carte maîtresse, car le clivage droite-gauche n’est pas mort, pour elle. Elle ne voit aucune audace, ni dans la personnalité, ni dans le projet du président élu.

Valérie Pécresse : “Souvenez-vous du débat sur l’ouverture des magasins le dimanche. On allait faire la grande réforme et finalement à la fin c’est cinq dimanches ou 12 dimanches.”

La loi Macron sur l’ouverture dominicale n’a eu qu’un faible impact, affirme Valérie Pécresse, c’est vrai ou c’est faux ?

C’est vrai, Thomas. Le bilan de cette loi Macron est pour l’instant mitigé. On est loin encore des milliers d’emplois qu’en espérait Emmanuel Macron quand il l’a faite passer, en août 2015. 18 mois plus tard, c’est un fait : ça n’a pas encore décollé.

Où en est-on ?

La loi prévoyait d’assouplir les conditions d’ouverture des magasins le dimanche. Dans les zones touristiques, 21 zones de tourisme internationales ont été créées. Ailleurs, en permettant aux maires d’autoriser jusqu’à 12 dimanches par an d’ouverture au lieu de cinq. Mais pour calmer la fronde de la gauche et des syndicats, le ministre a fixé un cadre : volontariat, double salaire et l’obligation dans les zones touristiques de signer un accord social. Résultat, les négociations ont traîné. À Paris où se concentrent 12 zones touristiques, 26 accords ont été signés selon l’Atelier parisien d’Urbanisme : chez Darty, aux Galeries Lafayette, au Printemps et tout récemment à la Fnac. Fin janvier, 27% des commerces situés dans ces zones étaient ouverts le dimanche à Paris. C’est timide, mais ça va augmenter en 2017 puisque certains accords importants viennent à peine d’être signés. Il va sans doute y avoir un effet d’entraînement.

Et ailleurs en France ?

Ben ce n’est pas l’engouement non plus. On voit de fortes disparités entre les zones et on n’a pas vraiment de bilan sur les villes. Certaines ont saisi l’occasion d’augmenter le nombre de dimanches ouverts, d’autres non. C’est vraiment du cas par cas, et l’autorisation ne signifie pas que ça marche. Compte tenu de la majoration des salaires, il faut vraiment booster son chiffre d’affaire pour que l’opération soit rentable. Certains commerces n’y arrivent tout simplement pas.
La loi a peu d’impact sur le commerce local. Là, c’est l’Insee qui le relève, les magasins d’enseigne tirent leur épingle du jeu mais pas forcément les commerces indépendants, de proximité. Bien que l’on n’ait pas encore de bilan précis, il faut le rappeler. Mais il faut être patient, les habitudes de consommation sont longues à changer et l’objectif d’Emmanuel Macron, c’était aussi de créer ce mouvement. En cela c’est réussi, les hyper-marchés négocient d’autres enseignes. Le processus est long, mais il est engagé.