Un débat sans passion ni dérapage

  • A
  • A
Le kiosque de Thomas Sotto est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Axel de Tarlé, Xavier Yvon, Eva Roque et Marion Calais font le point sur l'actualité du jour.

La presse nationale pour commencer.

Libération fait sa une sur Bob Dylan : "Knocking on Nobel"s door ".

Il y a La Croix, aussi, qui, à la veille de la cérémonie d'hommage aux victimes titre "Nice en quête d'apaisement".

Direct matin s'inquiète "du casse-tête du démantèlement de la jungle de Calais".

L’Humanité aussi avait sans doute autre chose à faire que de regarder la télé hier soir et s'intéresse, donc, au "traité avec le Canada, "Cheval de Troie du Tafta".
Pour l'Huma, le Ceta, traité de libre-échange négocié avec l'Union Européenne "est aussi dangereux que son frère jumeau".

Le Figaro fait sa Une sur le débat : "Un débat à fleurets mouchetés"

"Sans passion ni dérapage" titre Aujourd’hui en France.

Aujourd’hui en France qui, comme le fait l'Équipe après un match de foot, a mis des notes "aux joueurs" en se basant sur cinq critères : la précision, le style, le fair play, la meilleure formule et la combattivité.
Le meilleur élève est Alain Juppé avec 7/10, suivi de Jean-François Copé avec 6,5/10, troisièmes ex aequo François Fillon et Nicolas Sarkozy avec 6 tandis que le dernier de la classe est Bruno Le Maire avec seulement 5/10.
 
Et puis, il y Wonder Woman dans la presse.

C'est dans 20 Minutes. Le gratuit nous apprend qu'elle va mettre ses pouvoirs au service de l'ONU et plus précisément "d'une campagne sur l'émancipation des femmes et des filles". La superhéroïne sera officiellement désignée ambassadrice honoraire des Nations-Unies la semaine prochaine, lors d'une cérémonie à laquelle participera Ban Ki Moon.


Axel de Tarlé pour l'économie

"Le Livre confidence de François Hollande fait des vagues jusqu'à Athènes", c’est à lire dans le Figaro Économie.

François Hollande a fait une gaffe dans le livre Un président ne devrait pas dire ça de Gérard Davet et Fabrice Lhomme.

On y apprend page 512 que François Hollande a reçu, en juillet dernier, un coup de fil de Vladimir Poutine qui lui fait cette confidence : "Figurez-vous qu'Alexis Tsipras m'a demandé d'imprimer des drachmes, l’ancienne monnaie grecque".

Ce qui voulait dire que Tsipras préparait, ou du moins envisageait, la sortie de l'euro et le retour à la drachme. Le 6 juillet, au lendemain du référendum sur le plan d'aide des Créanciers ou le "non" l'avait emporté.

Cette déclaration a provoqué l’émoi en Grèce. Tous les journaux en parlent et Tsipras, très embarrassé, dément.

Le sujet est grave. On ne joue pas avec la pérennité de la monnaie. Pourquoi ? Si vous avez des doutes sur l'avenir de votre monnaie et vous vous demandez si l'euro ne va disparaitre pour être remplacé par des drachmes dévalués,  vous ouvrez un compte à l'étranger pour mettre votre argent à l'abri.

Comme ça qu'on créée une fuite des capitaux et une panique bancaire.

La monnaie est la marque de confiance pour les crédits.

Le titre de ce livre est donc bien choisi, un président ne devrait pas dire que ça. Il ne doit pas rapporter comme ça, entre deux portes, que tel ou tel pays a envisagé d’abandonner sa monnaie.


Eva Roque pour le programme télé

Soirée Jacques et Bernadette Chirac, dimanche à 20h55 sur France 2.

La soirée débutera avec un portrait intime de Jacques Chirac suivi d’un débat sur ce qu’il reste du chiraquisme notamment.
Avant un autre documentaire signée Anne Barrère sur Bernadette Chirac. Une somme d’entretiens pour retracer sa vie de femme auprès de celui qu’elle nomme en permanence "mon mari ".
On la découvre amoureuse et fragile comme dans cet extrait où elle parle des femmes attirées par Jacques Chirac

Elle devient aussi très drôle quand elle raconte qu’elle a voulu donner le coup d’envoi du Tour de France sur un vélo.
Finalement elle l’a fait, parce qu’elle est comme ça Bernadette Chirac aussi déterminée que son mari.
Impossible de parler d’elle sans évoquer l’opération Pièces jaunes. Pendant la cohabitation en 1997, elle installe une énorme tirelire dans le vestibule de l’Élysée.

Tour à tour autoritaire, agaçante, mais aussi touchante notamment quand elle parle de sa fille Laurence décédée en avril, elle se dévoile de façon étonnante.
Le documentaire est d’autant plus réussi qu’à travers son portrait, on revisite un pan entier de l’histoire politique de la France.


Marion Calais pour la presse quotidienne régionale

Trois Unes dans la presse quotidienne régionale

Les interrogations de Claude Bartolone dans la Provence. De passage à Marseille hier, le président de l'Assemblée s'est confié au quotidien disant se "poser des questions sur la volonté de François Hollande". Regrettant aussi qu'il parle autant aux journalistes. "Un président ne doit pas autant se confesser. Le devoir de silence fait partie de sa fonction".

La saga Airbus à la Une de la Dépêche du Midi avec cette cérémonie organisée aujourd'hui à Toulouse. À l'occasion de la sortie d'usine du 10.000e appareil, un A350 destiné à la compagnie Singapore Airlines.

Le Républicain Lorrain nous présente ce matin une présidente en la personne de Julie Gayet. La compagne du chef de l'État présidera en effet le festival du film italien de Villerupt à la fin du mois.

L'histoire du jour c'est celle d'une campagne de pub vraiment ratée.

Avec cette affiche signée Decathlon en cette période de chasse. On y voit deux cartouches et à côté, un oiseau ailes déployées avec ces deux mots juste au-dessus : "spéciale migration". Cartouches / migration, Decathlon n'avait pas vu le mal. Certains en revanche, la fachosphère en tête, se sont très vite emparés de cette affiche, notamment à Calais. Affiche relayée sur les réseaux sociaux et suscitant un certain nombre de commentaires plus que douteux. Finalement, c'est un internaute qui a signalé le bad buzz à Décathlon. "J'espère que cette pub est un fake" a écrit Sébastien à l'enseigne. Ni humour, ni fake, il s'agissait en fait d'une campagne locale.  Chaque magasin étant libre de sa communication, à Ajaccio, l'équipe avait choisi de vanter les mérites de ces cartouches. "communication maladroite" explique Decathlon qui assure que l'affiche n'était visible qu'en Corse. Oui, sauf qu'avec les réseaux sociaux désormais une initiative locale peut très vite être relayée, et détournée, dans tout le pays. En attendant, l'affiche a été retirée.


Xavier Yvon pour la presse américaine

À la Une de la presse américaine, ce gouffre qui sépare les hommes et les femmes dans cette élection.

C’est les États-Unis des femmes contre les États-Unis des hommes, ça se voit justement sur deux cartes très frappantes, publiées par le site d’analyse des sondages, FiveThirtyEight.

À gauche, d’après la carte électorale, s’il n’y avait que les femmes qui votaient : presque tous les États sont en bleu, la couleur démocrate. Ce serait un raz-de-marée pour Hillary Clinton.
À droite, d’après la carte, si on ne faisait voter que les hommes : du rouge dominant, couleur des Républicains. Donald Trump l’emporterait assez largement.
Jamais le sexe n’avait été un facteur aussi déterminant dans une élection.

Et donc, nous raconte le Daily News, il y a des supporteurs de Trump, qui ont eu une idée simples et efficace comme ils les aiment "si les femmes sont la seule chose qui peut nous empêcher d’avoir le Plus Grand Président qu’on ait jamais vu, écrit un de ces pro-Trump, pourquoi ne pas révoquer le 19e amendement ?". Le 19e amendement de la Constitution c’est quoi ? c’est celui qui donne le droit de vote aux femmes, il date de 1920.
Et le mouvement a pris, le slogan "Révoquer le 19e" est devenu une tendance sur Twitter. Choc et émoi sur les réseaux sociaux, notamment pour une association de droit des femmes résume bien le sentiment général : "les pro-Trump voulaient nous faire revenir en 1950, maintenant c’est en 1850 !".

Une éditorialiste du Chicago Tribune a fait la liste des États qui interdisent totalement aux femmes de voter.