Une Irano-Britannique risque jusqu'à seize ans de prison en Iran

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le journal du monde est une chronique de l'émission Hondelatte raconte
Partagez sur :

Accusée d'avoir participé à des manifestations anti-régime en Iran en 2009, Nazanin Zaghari-Ratcliffe, une Irano-Britannique de 38 ans, a été condamnée à cinq ans de prison en 2016. Sa peine pourrait désormais être prolongée à seize ans.

La première histoire de ce journal du monde, c’est celle d’une femme, irano-britannique, emprisonnée en Iran depuis un an et demi, et contre laquelle de nouvelle accusations sont portées…

Elle s’appelle Nazanin Zaghari-Ratcliffe, 38 ans. Née en Iran, elle a la double nationalité. En Grande-Bretagne elle a fait des études, épousé Richard Ratcliffe, citoyen britannique avec qui elle a eu une petite Gabriella, née en Grande-Bretagne et qui a aujourd’hui trois ans. Je vous raconte le début de l’histoire. Au printemps 2016, Nazanin va voir sa famille à Téhéran pour Noruz, le nouvel an iranien. Au moment de repartir, elle est arrêtée à l’aéroport et emprisonnée ! On lui reproche d’avoir participé à des manifestations anti-régime en 2009, ce qu’elle nie. Mais la condamnation tombe en septembre 2016 : cinq ans de prison. Sa petite fille, dont le passeport a été confisqué, est depuis chez ses grands-parents iraniens. Elle n’a pas revu son père. C’est très dur évidemment, même si son régime a été assoupli ces derniers mois. Elle voit sa fille en prison, quand tout va bien deux fois dans la semaine.

C’était déjà une situation difficile, mais le ciel vient de s’alourdir pour cette Irano-Britannique…

Oui dimanche, audience surprise au tribunal sans son avocat. Il n’avait pas été mis au courant pour signifier à Nazanin que les Gardiens de la Révolution ont poursuivi leur enquête et rajoutent trois nouvelles charges contre elle ! Des accusations liées à ses employeurs. Elle fait actuellement partie des équipe de la Fondation Thomson-Reuters qui met en place des programmes de développement. Ce n’est pas un travail de journaliste mais on l’accuse de se servir de son travail caritatif comme d’une couverture pour tenter de renverser le régime iranien ! C’est évidemment fantaisiste mais pour ça, Nazanin risque de voir sa peine prolongée de seize ans !

Qu’est ce qui est fait pour essayer de la sortir de là ?

Son mari et ses proches sont très mobilisés. Et côté officiel, le Foreign Office affirme que son cas est prioritaire, que les progrès des relations irano-britanniques dépendront de son sort. Voilà pour l’affichage, ce qui n’a pas freiné la signature d’un énorme contrat de plus de 500 millions d’euros entre les deux pays pour développer une ferme solaire en Iran, ni empêché que le dossier judiciaire de Nazanin Zaghari-Ratcliffe ne s’alourdisse. Il y aurait cinq ou six citoyens irano-britanniques derrière les barreaux en Iran.

Deuxième histoire, qui révèle un vrai mal-être chez les pompiers londoniens : cette lettre envoyée à plusieurs personnalités britanniques. Et on en parle avec Anaïs Cordoba, que l’on rejoint à Londres. Cette lettre, elle a été envoyée par exemple au maire de Londres, Sadiq Kahn, ou à l’auteur d’Harry Potter, JK Rowling. Et c’est un jeune pompier qui en est l’auteur…

Oui, Ricky Nuttall, c’est son nom, a 36 ans, est Papa de deux enfants. Ça fait 13 ans qu’il exerce à la brigade des pompiers de Londres et il était présent à la Tour Grenfell, le soir du terrible incendie. Vous vous souvenez, le 14 juin dernier, plus de 80 personnes sont mortes ou disparues. Ça avait été une nuit terrible, qui a brisé Ricky Nuttall émotionnellement. Alors il a pris sa plume, une semaine après la tragédie. Dans son poème il parle d'"épuisement physique et mental" : 

"J’ai le regard vide,
Je suis détruit,
Mon cœur ne se réparera jamais
Bien vivant, entouré d’amis
Je suis consumé par le vide…"

En envoyant son poème, il a voulu sensibiliser l’opinion publique sur ce mal-être commun à nombreux de ses collègues qui ont combattu l’incendie de la Tour Grenfell cette nuit-là.

Donc apparemment, il n’est pas le seul à aller mal ?

Non pas du tout. Suite à la Tour Grenfell, 800 pompiers londoniens ont été pris en charge par une cellule psychologique. Quatre mois plus tard, ils sont encore 80 à être suivis. Cette tragédie a permis d’ouvrir un débat sur la prise en charge de la santé mentale des pompiers et des chiffres inquiétants ont été révélés. Cette année à Londres, une centaine de pompiers sont partis en congé maladie longue durée à cause de troubles psychologiques directement liés à leur activité. Les syndicats de pompiers accusent notamment les coupes budgétaires que les services de pompiers ont subi, notamment sous le mandat du maire de Londres Boris Johnson. Des coupes qui ont affecté le soutien psychologique disponible pour ces pompiers.

Deux infos en bref pour terminer ce journal du monde. Avec d’abord, ces deux détenus qui se sont fait la belle, à Bologne dans le nord de l’Italie…

Ces deux Napolitains faisaient partie d’un groupe d’une vingtaine de prisonniers invités à déjeuner par le pape, il y a dix jours ! Ils sont depuis introuvables mais les médias italiens n’ont pas tous la même version quant à savoir si oui ou non ils ont pris le temps de partager le repas du pape François avant de se faire la malle.