Bourse : Google a détrôné Apple

  • A
  • A
Le journal de l'éco est une chronique de l'émission Europe soir
Partagez sur :

Google a détrôné son grand rival Apple en devenant la première capitalisation boursière mondiale.

La Bourse à nouveau en forte baisse

-2, 47% à 4284 points. La Bourse de Paris a totalement effacé ses gains de la semaine dernière, déstabilisée par le nouvel accès de faiblesse des cours du pétrole ainsi que par les résultats de poids lourds du secteur comme BP en perte au quatrième trimestre et Exxon Mobil qui voit ses bénéfices divisés par deux.

Le rachat du jour

Le groupe chinois ChemChina va dépenser la somme de 43 milliards de dollars pour racheter le géant suisse de Agribusiness company. Selon le Financial Times, le deal devrait être annoncé demain.
Il s'agit de la plus grosse acquisition extérieure d’un groupe chinois.

 
Le fait du jour : Google a détrôné son grand rival Apple en devenant la première capitalisation boursière mondiale

550 milliards de dollars de capitalisation boursière à New York pour Alphabet, la nouvelle holding de Google devant Apple et ses 530 milliards de dollars.
Apple engrange encore des montants colossaux mais les iPhone arrivent à maturité et la question est de savoir ce qui vient après. L'action a baissé de 20% depuis juillet.
Celle d’alphabet a gagné + 50% parce que l’activité d’origine de Google, le moteur de recherche va mieux qu’on le pensait. Google compte 100 milliards de requêtes mensuelles et un milliard d'utilisateurs de la messagerie Gmail.
Le chiffre d’affaires a augmenté de 13,5 % en un an, preuve que la publicité sur le net rapporte gros et que le passage sur le mobile est assez bien contrôlé par Google.
C’est un succès incroyable pour une firme crée il y a moins de 20 ans dans la Silicon Valley. Larry Page and Sergey Brin sont riches aujourd’hui d’environ 70 milliards de dollars.
La firme a aujourd’hui beaucoup de projets depuis les robots jusqu’à la médecine, elle y consacre 3,5 milliards de dollars. C'est énorme mais moins que les analystes craignaient et donc ils sont confiants.
Des voitures autonomes sans chauffeur, des lentilles de contact intelligentes, des relais-internet embarqués dans des montgolfières ou des drones, des compteurs connectés, des initiatives dans la santé ou encore des projets du type de la conquête de la lune dit Google
Alors c’est passionnant et un peu inquiétant aussi parce que la firme se projette dans un avenir loufoque du transhumanisme, le mariage des humains et des machines.

Apple avec Steve Jobs voulait faire du beau, Google veut faire du bien. On a appris à ce méfier de cette ambition inhumaine