TPMP : le CSA saisi après une séquence jugée humiliante pour Matthieu Delormeau

  • A
  • A
Le fait médias du jour est une chronique de l'émission Le grand direct
Partagez sur :

Le CSA a reçu des plaintes et devrait donc se saisir du dossier Touche pas à mon poste après que Cyril Hanouna ait, à nouveau, été accusé d'humilier son chroniqueur Matthieu Delormeau.

L’info média du jour, c'est Touche pas à mon poste qui se retrouve une nouvelle fois dans le viseur du CSA. Des téléspectateurs ont été choqués par une séquence diffusée mardi soir sur C8, et ils l’ont fait savoir au gendarme de l’audiovisuel.

Cette séquence, c’est un accrochage entre Cyril Hanouna et l’un de ses chroniqueurs.

Oui, c’était mardi, en direct, sur le plateau de TPMP. Ce chroniqueur, c’est Matthieu Delormeau. Vous vous en souvenez sans doute, il s'était déjà retrouvé au cœur d'une polémique au mois de janvier, dans ce qu'on avait appelé très sérieusement "l'affaire des nouilles dans le slip".

Cette fois, ce sont des propos tenus par Cyril Hanouna qui ont choqué. Il rappelait à Matthieu Delormeau qu’il avait été viré "comme une merde" par son précédent employeur NRJ12. Il lui demandait aussi "de fermer sa gueule". Un peu plus tard dans cette même émission, la conversation déviait sur l’homosexualité du chroniqueur qui, selon certains observateurs, était poussé à faire son coming-out contre son gré.

Immédiatement, sur internet, des dizaines d'articles sont venus raconter cet épisode, sur le même ton, évoquant une "humiliation", une de plus contre Matthieu Delormeau, qui apparait comme la tête-de-turc de l’émission. Ce matin, Le Parisien le présente même comme le "bouc-émissaire" du programme.

Pour Cyril Hanouna, c’est un moyen pour les journalistes de faire le buzz, de "faire du clic" sur le dos de son émission. Il s’agirait donc seulement d’un bruit médiatique, d’un "truc de journalistes".

Il y a sans doute une part de vrai. Mais les signalements reçus par le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, ce sont des téléspectateurs qui les ont déposés et pas forcément des journalistes. Hier après-midi, le CSA en avait reçu 45, il y en aurait 64 ce matin.

Ce n’est pas la première fois que le CSA se penche sur TPMP.

Les sages ont déjà dû se prononcer à plusieurs reprises sur des séquences de l’émission. Pour des images diffusées sans autorisation et pour des commentaires déplacés sur des participants de l’Eurovision atteints d’autisme. Il y avait aussi eu la fameuse gifle de JoeyStarr au chroniqueur Gilles Verdez au mois d’avril. À chaque fois, le CSA avait relevé un manquement à la maîtrise de l’antenne.

Dans l’affaire qui nous intéresse aujourd’hui, le motif que devrait retenir le CSA, c’est l’humiliation d’une personne, ça relève du "non-respect de la dignité-humaine". Un motif déjà mis en avant pour la séquence des "nouilles dans le slip". Il avait alors adressé un rappel à la réglementation.

Cette fois, le CSA pourrait être plus sévère et pourrait estimer qu’il s’agit d’une forme de récidive. Il pourrait notamment décider de sanctionner TPMP, des sanctions qui peuvent aller jusqu’à la suspension temporaire de l’émission.

De son côté, Cyril Hanouna est revenu sur l’épisode dans son émission hier soir.

Oui, l’animateur le dit régulièrement : il ne cache rien à ses téléspectateurs, il leur dit tout. Hier, il a voulu donner la parole au premier concerné, à Matthieu Delormeau, qui était absent de l’émission la veille pour raisons médicales. Matthieu Delormeau qui a donné son point de vue sur cette énième polémique.

Matthieu Delormeau est sensible, mais plus aux commentaires des journalistes qu’aux propos tenus à son égard par les autres membres de l’équipe.

Mais voilà, sous prétexte de spontanéité, de dire toute la vérité et de jouer carte sur table, Cyril Hanouna va peut-être trop loin sans s’en rendre compte.

Certes, "la télé, c’est que de la télé". C’est le crédo de l’animateur, mais ça n’empêche pas d’avoir le sens des responsabilités.