Télé : le mercato du siècle

  • A
  • A
Le fait médias du jour est une chronique de l'émission Le grand direct des médias
Partagez sur :

Jérôme Ivanitchenko fait le point sur le mercato télé de cette fin de saison qui est marqué notamment par le départ de Yann Barthes sur TF1.

Le fait média du jour, c’est le marché des transferts des animateurs télé. Cette année, plus que jamais, ça bouge au sein des chaînes. Ce matin, Le Parisien parle même du "mercato du siècle" ! Et on ne s’y retrouve pas vraiment dans ce grand chassé-croisé. Alors ce matin, on va vous aider à y voir plus clair, on va faire le point : qui s’en va ? Qui reste en place ? Qui change de crèmerie ?

On va commencer par le groupe TF1 qui est particulièrement actif sur ce marché des transferts.

Sur la Une, ça recrute à tour de bras en cette fin de saison. Et pas n’importe qui. Jusqu’à aujourd’hui, le plus gros coup réalisé par TF1, c’est évidemment l’arrivée de Yann Barthès. L’animateur-producteur, figure historique du Petit Journal qui fera ses adieux aux téléspectateurs ce soir, quitte Canal+ pour rejoindre un groupe qu’il n’a pourtant pas épargné depuis plusieurs années.
Sur TF1, il animera une émission hebdomadaire de seconde partie de soirée, un show people. Mais il n’en restera pas là, puisque Yann Barthès va aussi se retrouver aux manettes d’une quotidienne, une émission d’actu et de décryptage, dans la veine de ce qu’il sait faire. Cette fois, ce sera tous les jours, en access, sur TMC.

L’autre recrue-phare pour TF1, on peut déjà la voir à l’antenne puisqu’il s’agit de Grégoire Margotton, qui commente en ce moment les matches de l’Euro de football. Là encore, c’est un transfuge de Canal+.

Deux recrues clinquantes pour un homme qui veut frapper très fort. Cet homme, c’est Gilles Pélisson, nouveau patron de TF1 depuis le mois de février. C’est sa première "rentrée des classes" pourrait-on dire. Avec Barthès et Margotton, il a choisi deux très bons élèves.

Sur France Télévisions aussi, ça bouge beaucoup.

Comme pour Gilles Pélisson, cette rentrée qui se profile, c’est aussi la première pour Delphine Ernotte. La présidente de France Télé est entrée en fonctions au mois d’août dernier, mais elle héritait des grilles de programme et des choix de son prédécesseur. Cette période de transition, cette intersaison, c’est l’occasion pour elle de marquer son empreinte.
Elle compte le faire en dynamitant les après-midis de France 2. En faisant table rase du passé avec pas moins de quatre nouveaux programmes, dont un sera confié à un petit nouveau : Thomas Thouroude, là encore venu de Canal+. Il aura en charge la tranche 17-18h de France 2, avec un magazine d’infotainment, en direct, où des chroniqueurs passeront en revue l’actualité du jour de manière à la fois "sérieuse et décontractée", dixit Vincent Meslet, le patron de la chaîne.

Deux autres recrues viendront grossir les rangs de France Télévisions la saison prochaine : il s’agit de Wendy Bouchard qui quitte M6 et Zone Interdite pour arriver sur France 3, au côté de Dave, dans une émission culturelle hebdomadaire, le dimanche après-midi. Hier, Dana Hastier, la patronne de la 3 nous indiquait ici-même qu’elle aurait aussi la charge d’un divertissement, en prime-time, le vendredi, avec André Manoukian.

Une autre figure arrive sur le service public, ou plutôt revient sur le service public : c’est Bruce Toussaint. Il quitte la matinale d’I-Télé pour passer ses fins de semaine sur France 5. A la présentation de C dans l’air d’abord, le vendredi et le samedi. Et pour piloter une émission politique le dimanche.

Enfin, on rappellera l’arrivée d’une personnalité moins connue du grand public : il s’agit de Vanessa Burggraf, recrutée sur France 24, qui viendra jouer les snipeuses dans On n’est pas couché, en remplacement de Léa Salamé.

Sur les autres chaînes, c’est aussi le grand chambardement.

Sur M6, le gros coup, c’est l’arrivée d’Ophélie Meunier qui quitte, elle aussi, Canal+ et Le Tube pour animer Zone Interdite. Du côté de la TNT, Bertrand Chameroy, qui a quitté D8 en cours de saison, va rebondir sur W9, avec une émission hebdomadaire.

Et puis enfin, beaucoup de mouvements aussi sur le front des chaînes d’infos en continu. L’arrivée de LCI sur la TNT gratuite et l’apparition de la chaîne publique d’information le 1er septembre prochain redistribuent les cartes. L’occasion de faire bouger les lignes.

Là encore, c’est le groupe TF1 qui s’est montré le plus actif, avec deux noms ronflants qui sont venus rejoindre LCI : Yves Calvi, l’homme fort des fins de journées de France 5 viendra occuper la tranche 18h-20h. Et François-Xavier Ménage, transfuge de M6, qu’on retrouvera aux commandes de la matinale.
Et puis l'arrivée de Jean-Marc Morandini de 18h à 19h, sur i-Télé.

Dans ce mercato, il y a quand même quelques grands absents.

Dans ce grand chassé-croisé, il y a des animateurs dont on ignore encore la destination. C’est le cas de Benjamin Castaldi ou de Valérie Damidot qui ne seront plus sur NRJ12 la saison prochaine.
Du côté de Canal+, il y a aussi quelques partants dont l’avenir n’est pas encore connu. On pense à Maïtena Biraben, qui va quitter Le Grand Journal, à Ali Baddou, éloigné du Supplément, ou encore à Michel Denisot, qui serait lui aussi sur le départ.

Les grandes manœuvres ne sont pas encore terminées mais de mémoire d’observateur média, cette fin de saison est la plus mouvementée depuis de longues années…