La "nouvelle" LCI veut imposer son tempo

  • A
  • A
Le fait médias du jour est une chronique de l'émission Le grand direct des médias
Partagez sur :

Après quelques jours de présence sur la TNT gratuite, l'heure du premier bilan a sonné pour LCI.

Le fait média du jour, c’est ce premier bilan pour LCI, quelques jours après son passage sur la TNT gratuite. La chaîne info du groupe TF1 est disponible en clair depuis mardi.

Commençons par ce qu’on a pu voir à l’antenne.

Ce qui frappe de prime abord, c’est un rythme beaucoup moins effréné que sur les autres chaînes tout info comme BFM TV et iTélé.
Sur une heure de programme, moins de 20 minutes seulement sont consacrées à des journaux et aux rappels des titres. Ça permet de laisser plus de place à des magazines autour de la culture, de l’actualité internationale ou de l’économie.
On découvre des interviews plus longues que sur les chaînes concurrentes, sans interruptions, menées notamment par Audrey Crespo-Mara. Une large place à la proximité aussi avec Valérie Expert, qui reprend d’ailleurs quelques recettes du Grand direct avec de l’interactivité, de la consommation, du débat de société.
Ça traduit une des ambitions de la chaîne : proposer un contenu moins frénétique que sur les chaînes concurrentes. Ça fait d’ailleurs partie du cahier des charges de LCI selon l’accord conclu avec le CSA.
En revanche, ce qu’on voit aujourd’hui, est appelé à évoluer dans les prochains mois. Ce qui se passe à l’antenne depuis mardi ressemble un peu à un "faux lancement". La nouvelle LCI, on la découvrira véritablement au mois de septembre.

Au niveau audience, ça fonctionne comment ?

Ça démarre plutôt pas mal. Avant son passage en clair, LCI rassemblait environ 0,1 % de part d’audience.
Mardi, le jour de son lancement, LCI a multiplié par cinq cette audience moyenne, atteignant sur l’ensemble de la journée 0,5 % du public. En nombre de téléspectateurs, elle a réalisé ce jour-là son pic d’audience à 19h52, avec 150.000 téléspectateurs.
Mercredi, c’était légèrement à la baisse avec une moyenne de 0,4 %, mais on reste tout de même largement au-dessus des chiffres habituels. C’est assez logique, le passage sur la TNT gratuite a multiplié par 15 le nombre de téléspectateurs susceptibles de recevoir LCI. Il y a donc encore une marge de progression.
Ce démarrage est donc plutôt encourageant. Attention, tout de même : la compétition dans laquelle s’engage LCI est une course de fond. Il va falloir maintenant tenir sur la durée.
Catherine Nayl, la patronne de l’info du groupe TF1, a d’ores et déjà fixé les objectifs : rassembler 1 % de l’audience d’ici 2019. Un public qu’elle espère piquer à la concurrence.

Une concurrence qui est donc contrainte de s’organiser.

Notamment BFM TV qui était farouchement opposée au passage de LCI en clair. Pour la chaîne leader sur le créneau du "tout info", l’arrivée combinée de LCI et de la chaîne que prépare France Télé pour le mois de septembre, représente un grave risque d’érosion de l’audience.
En guise de réponse, le week-end dernier, BFM inaugurait d’ailleurs une nouvelle identité visuelle. Nouvel habillage, nouveau logo, et une disparition aussi : celle du bandeau déroulant au bas de l’écran. Un choc pour les téléspectateurs et pour Jean-Marc Morandini. Sur son blog, il a mené la fronde pour que revienne ce fameux bandeau.

Ce matin, à 3h59 très précises, alléluia : il est revenu ! Jean-Marc Morandini a été entendu ! Christophe Delay et Pascale de La Tour du Pin s’en sont d'ailleurs amusés dès l’ouverture de leur édition à 6 heures.