Geneviève de Fontenay prend sa retraite

  • A
  • A
Le fait médias du jour est une chronique de l'émission Le grand direct des médias
Partagez sur :

Le fait médias du jour c'est le départ de Geneviève de Fontenay à la retraite : elle a annoncé quitter définitivement le monde des Miss.

Le fait média du jour, c’est Geneviève de Fontenay qui prend sa retraite. Elle l’annonce ce matin dans une interview à France Dimanche : elle quitte définitivement l’univers des Miss. Cette fois, c’est définitif, Geneviève de Fontenay en a assez de jouer les organisatrices de concours de beauté. Oui, elle en a ras le chapeau. A 83 ans, elle met donc un terme à sa carrière.

Mi-décembre, Geneviève de Fontenay laissait déjà entrevoir l’éventualité d’un départ à la retraite. Dans un entretien au Parisien, elle expliquait qu’elle ne "trouvait plus son bonheur" dans le concours qu’elle organise depuis 2010, le concours Miss Prestige National. Ce matin, la dame au chapeau l’affirme dans les colonnes de France Dimanche" : "la page des Miss est bel et bien tournée".

Il y a plusieurs raisons à ce départ. La première, c’est un décalage idéologique. Geneviève de Fontenay ne se sent plus "dans l’air du temps", "plus en accord avec ce qui marche aujourd’hui". Mais si elle décide de jeter l’éponge, c’est aussi à cause du contexte général. "Avec tout ce qui se passe en ce moment dans le monde, explique-t-elle, j’en venais à avoir un peu honte de faire ce genre de concours". Et puis enfin, il y a une raison beaucoup plus pragmatique à cette décision, c’est la difficulté de faire tourner son concours de beauté et à trouver de "nouvelles candidates convenables". Toujours un petit mot sympa, Geneviève.

Demain soir, à Soultzmatt, une petite commune du Bas-Rhin, se déroulera l'élection de Miss Prestige National 2016. Et ce sera donc la dernière apparition de la dame au chapeau en tant qu’organisatrice d’un concours de beauté. Un concours de beauté qu’elle avait créé après son départ du comité Miss France. C’était en 2010. Quelques années auparavant, la société de production Endemol avait racheté le concours Miss France avec une toute autre vision. Les relations avec sa fondatrice historique s’étaient peu à peu détériorées, la rupture était devenue inévitable. Depuis, Geneviève de Fontenay se débattait pour faire vivre son nouveau concours, Miss Prestige National. Un concours dissident, qu’elle peinait à faire exister face au mastodonte que représente Miss France. C’est ce constat que la dame au chapeau fait aujourd’hui : "Le seul concours qui survivra, c’est Miss France. Il faut se rendre à l’évidence, Endemol est beaucoup trop fort". Son constat est implacable : "On ne peut pas lutter contre une si grosse artillerie".

Mais attention, ne comptez pas sur Geneviève de Fontenay pour disparaître totalement de la vie médiatique. Dans son entretien à France Dimanche, elle rassure ses fans : "Je compte toujours me rendre là où on m’appelle", affirme-telle,  "pour des séances de dédicaces dans les foires, les salons ou les supermarchés". Nous voilà rassurés ! Quoiqu’il en soit, Geneviève de Fontenay restera associée à jamais aux concours de beauté. Une image qu’elle entretient depuis 1954 et la création du comité Miss France avec son mari, Louis Poirot. 60 ans passés à défendre une certaine image de la femme française, de l’élégance. Geneviève de Fontenay, c’est une rigueur, une régularité à toute épreuve, j’en veux pour preuve son look immuable, ses tailleurs noir et blanc, ses gants et son sempiternel couvre-chef… Celle d'une grand-mère à la fois très à cheval sur les bonnes manières, intransigeante sur les convenances, mais capable aussi d’un grand sens de l’humour et de sorties parfois déconcertantes. Une très bonne cliente pour les médias. Elle le restera, même en quittant l’univers des miss. Ce matin, on a envie de dire une seule chose à Geneviève de Fontenay, ça tient en un seul mot : CHAPEAU !