Audiences télé : TF1 chute fortement en 2016

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le fait médias du jour est une chronique de l'émission Le grand direct des médias
Partagez sur :

Médiamétrie a publié un baromètre des audiences des chaînes de télévision pour l'année 2016 où l'on peut noter la grosse chute de TF1.

Ce matin, vous vous intéressez aux audiences annuelles des chaînes de télé publiées hier par Médiamétrie.

C'est l'heure de faire les comptes et de dresser le bilan de l'année écoulée. Médiamétrie nous aide à y voir plus clair avec un baromètre établi sur l’ensemble des téléspectateurs sur la cible des "quatre ans et plus". Et le constat est implacable : les grandes chaînes historiques sont en net recul.

Dans le détail, TF1 reste toujours la chaîne la plus regardée de France, mais elle signe aussi le plus gros gadin de l’année en perdant un point par rapport à 2015, c’est considérable, avec une part d’audience à 20,4%. Même punition pour France 2 en repli de 0,9 point à 13,4 % de part d’audience. Idem pour Canal+ qui dégringole de près d’un point à 1,7 %. Quant à France 3, elle limite la casse avec seulement 0,1 point de baisse, rassemblant désormais 9,1 % du public.

Dans ce tableau, une seule grande chaîne tire son épingle du jeu : c’est M6. Elle est la seule historique à progresser de manière significative, en hausse de 0,3 point. Un coup de fouet qui lui permet de repasser au-dessus du seuil symbolique des 10% de part d’audiences, à 10,2%. C’est dû à une programmation audacieuse avec de nouvelles émissions comme Garde à vous ou Une ambition intime. C’est dû aussi à une stratégie payante sur l’Euro de football. On l’a dit et redit, mais M6, qui se targuait d’être 0% foot en 1998 a eu raison de revoir sa copie et de se positionner depuis sur le ballon rond. Elle a signé la meilleure audience de 2016, toutes chaînes confondues, avec la finale France-Portugal suivie par près de 21 millions de téléspectateurs. Plus largement, l’Euro lui a même permis de classer quatre programmes dans le Top 10 des meilleures audiences et d’attaquer considérablement le leadership de TF1.

Les autres grandes gagnantes de cette année 2016, ce sont les nouvelles chaînes de la TNT qui sont apparues sur nos écrans en 2012. HD1 est en hausse de 0,6 point, RMC Découverte de 0,5, Chérie 25 de 0,4, quand L’Équipe 21 et 6Ter progressent de 0,3 point. Et elles grignotent, petit à petit, les fondations des chaînes historiques.

Ces résultats, ils permettent surtout aux chaînes de faire de la com.

Oui, et elles adorent ça, faire de la com. Et ce qui est amusant ce matin, c’est que tout le monde est content ou presque. Il y a toujours un point sur lequel appuyer pour dire que tout va bien, même si ce n’est pas le cas. Il faut être honnête, c'est exactement la même chose lorsque tombent les audiences radio.

La palme revient à TF1 qui, malgré ses mauvais résultats, essayait de trouver un point positif. Elle l’a trouvé en se penchant sur sa case jeunesse, sur les dessins animés diffusé dans TFOU. Hier, la chaîne indiquait donc une hausse d’1 point sur le public des enfants, sur la cible des 4-10 ans. Il fallait aller le chercher.

TF1 qui voit un peu plus large aussi et qui pense à l’échelle du "groupe"  qui comprend aussi TMC, HD1, NT1 et LCI. La Une mettait en avant sa stratégie multi-chaîne et soulignait que le groupe dans son ensemble était leader depuis la rentrée. Une maigre consolation pour une année qui ne restera pas dans les annales.

Même chose du côté de France Télévisions. Ce bilan de fin d’année est l’occasion de souligner que France Télé est "le premier groupe audiovisuel français sur tous les écrans". Là encore, ça ne veut pas dire grand-chose, on mélange un peu les carottes et les poireaux. On mélange la télévision linéaire sur le téléviseur et le replay.

Autre élément, ce chiffre : 32 millions de Français regardent au moins une des antennes du groupe chaque jour. Dit comme ça, forcément, c’est impressionnant.

Bref, on le voit, on peut tordre un peu les chiffres pour leur faire dire ce qu’on veut.

Mais finalement, dans ce bilan, pas de surprises fracassantes. C'est un peu comme à l'école : ce n'est pas le dernier jour du dernier trimestre qu'un élève sait s'il passe en classe supérieure ou s'il redouble.