Jeux de miroirs de Eugen O. Chirovici : un roman à tiroirs

  • A
  • A
    Le coup de coeur du jour est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
    Partagez sur :

    Chaque matin, les équipes d'Europe 1 vous emmènent à la découverte de leur coup de cœur du jour qu'il soit musical ou sur grand écran.

    Jeux de miroirs d’Eugen O. Chirovici aux éditions Les Escales

    Ce matin, vous avez apporté un roman à tiroirs.

    À tiroirs et à miroirs, même ! C’est le titre : Jeux de miroirs, aux éditions Les Escales, signé Eugene Chirovici. Nous sommes aux Etats-Unis. Un agent littéraire, Peter Katz, reçoit un manuscrit. Il en reçoit énormément, mais celui-ci l’intrigue puisqu’il parle du meurtre du professeur de Princeton, Joseph Wieder. Ce fait divers avait défrayé la chronique dans les années 80. Or, le manuscrit est écrit par un homme qui a bien connu le professeur. Et qui raconte sa version de l’histoire ! L’agent littéraire se dit qu’il a potentiellement entre les mains un livre à succès, surtout si l’on apprend qui est le meurtrier à la fin ! Peut-être est-ce une confession. Alors, on lit ce manuscrit avec l’agent littéraire. Ça fait une centaine de pages. Mais au moment crucial… Le manuscrit s’arrête. Il est inachevé ! Je ne vous dévoile rien en vous le disant, il se termine par cette phrase : "J’appelai un taxi. Puis, je partis chez le professeur Wieder en pleine tempête de neige". C’est le soir du meurtre.

    Il contacte l’auteur pour en savoir plus ?

    C’est ce qu’il fait ! Mais l’auteur vient de mourir ! L’agent littéraire ne veut pas en rester là, il engage un journaliste pour enquêter. Puis c’est un flic à la retraite qui prendra le relais. Je ne vous dis pas pourquoi.

    C’est un manège, ce livre, ça donne le tournis ! Et puis, c’est un roman psychologique moderne à plusieurs voix. Mais avec une fin à la Sherlock Holmes. Une vraie fin de polar à l’ancienne. Un conseil : Soyez attentifs aux détails pendant votre lecture.

    Un mot de l’auteur ?

    Oui. Eugene Chirovici. Il a une cinquantaine d’années. C’était un écrivain à succès en Roumanie, mais seulement là-bas. Un jour, il y a quelques années, il s’installe à Londres et décide d’écrire ce roman en anglais. Résultat : il est publié en Grande-Bretagne. Et il déferle maintenant comme un raz de marée dans 38 pays !

    Il est disponible cette semaine en France, Jeux de miroirs donc aux éditions Les Escales.